Kiss Kiss

Roald Dahl

Folio

Partager sur :

Le pitch

Les histoires qu'invente Roald Dahl, on a envie, après les avoir lues, de courir les raconter à tout le monde. Comme si on les avait vécues ou rêvées soi-même.

Au service de cette suite de situations plus ou moins macabres, Roald Dahl met une chatoyante érudition.

Qu'il nous parle, juste le temps qu'il faut, de chirurgie, de meubles d'époque, d'apiculture, de musique, de métempsycose ou de braconnage, qu'il emprunte le style «cinéma» ou qu'il pastiche Voltaire, c'est toujours avec le même souci du détail, le même sérieux pince-sans-rire, le même humour noir déguisé.

Mon avis

Pour une fois, oubliez le Roald Dahl champion du monde des romans délicieusement fouspour les enfants. Bien entendu, vous avez tous (ou vos enfants ont tous) adoré Matilda, Le bon gros géant, Charlie et la chocolaterie ou James et la grosse pêche (entre autres).

Mais derrière l'auteur de récits pour juniors (et adultes, car tous les titres que je viens de citer sont à lire également par les adultes !), il y a le Roald Dahl que connaissent bien les anglais, celui des récits et des nouvelles pour adultes.

Un drôle de type, à l'humour bizarre, adepte des histoires étranges, parfois pleines de fantastique... Pas très loin du premier, si l'on y réfléchit bien !

Avec Kiss Kiss, le lecteur entre de plein pied dans l'univers baroque des nouvelles du maître.

Onze short stories, entre 13 et 140 pages, où Roald Dahl développe tous son talent de novelliste, qui est immense.

La plupart de ces nouvelles repose sur le bizarre (un des autres recueils de l'auteur s'appelle d'ailleurs Bizarre, bizarre !). Un léger décalage du récit par rapport à la réalité et Hop ! vous voilà embarqué dans une chute terrible, un paradoxe étrange.

Quelque chose qui fait rire, normalement, mais un rire de toutes les couleurs, pas toujours rose... du jaune, du gris, du verdâtre...

Dahl aime bien explorer l'âme humaine, et encore plus les rapports au sein des couples, sur lesquels il revient à plusieurs reprises, en tapant tout autant sur les hommes que sur les femmes !

Imaginez, par exemple, William et Mary. William est un mari qui a gâché la vie de sa femme Mary : intransigeant, insupportable, misogyne, il finit par mourir d'un cancer.

Mourir, ou presque... et le voilà, pour l'éternité - ou presque - à portée de vengeance de sa femme... Je n'en dirais pas plus, sachez juste que l'auteur réussit à vous sortir une histoire parfaitement atroce sur le principe, mais dont on sort finalement paradoxalement plutôt réjouis !

Plusieurs des nouvelles ont une connotation carrément fantastiques et, par un système de narration et des chutes assez proches, on finit par y trouver beaucoup d'analogie avec l'immense auteur de science-fiction/fantastique Frédéric Brown.

Deux maîtres de la nouvelle, qu'il faut absolument avoir lu. Mais commencez par Roald Dahl, puisque vous êtes là !

Chaudement recommandé.

Acheter sur Amazon

Du même auteur