Le prisonnier du Bouddha

André Franquin

Dupuis

Partager sur :

Le pitch

En arrivant dans le parc du comte de Champignac, Spirou et Fantasio sont effarés de voir des plantes géantes et des dispositifs de sécurité inattendus.

Le comte est contraint de leur expliquer : il héberge le scientifique Nicolas Nicolaïevitch Inovskyev, qui a mis au point le G.A.G., une machine capable de faire pousser des plantes, d'annuler la gravité ou de créer des tempêtes de neige à loisir.

Cependant, des espions russes tentent de s'emparer du prototype qu'il possède…

Mon avis

14e tome des aventures de Spirou et cinquième de la série magique des "dix glorieuses" qui s'achèvera avec QRN sur Bretzelburg.

A partir de cette histoire, Franquin utilise les compétences formidables de Jidéhem pour dessiner les décors et Greg pour l'assister au scénario.

Ici, contrairement aux volumes précédents, l'album ne contient qu'une seule histoire; mais quelle histoire !

61 planches magnifiques, d'une extrême densité et qui, de nos jours, avec la technique éditoriale (extrêmement contestable d'un point de vue de  la politique commerciale) adoptées par de nombreuses maisons d'édition d'étirer indéfiniment les histoires, donnerait matière à un développement en trois ou quatre tomes, sans problème.

Si l'on me demandait quel est la meilleure histoire de Spirou...

Tiens, je vais me le demander : quelle est la meilleure histoire de Spirou, celle que j'emporterais si je devais faire un choix, douloureux ?

Et je me réponds : celle-ci !

Car elle arrive, dans un équilibre fabuleux, à mêler l'humour et l'aventure comme on a rarement réussi à le faire.

*

Le prisonnier du Bouddha

*

Humour, grâce à l'invention formidable du G.A.G. (le Générateur Atomique Gamma), un outil technologique que tout le monde aimerait posséder (je ne vous listerais pas toutes ses possibilités, c'est impressionnant !).

Source inépuisable de comique de situation, c'est aussi un élément moteur du scénario.

*

Le prisonnier du Bouddha

*

Le scénario, justement : Le prisonnier du bouddha est une parodie parfaitement réussie des films d'espionnage/aventure des années cinquante... mais aussi passionnante qu'un original !

ça court, ça se poursuit, ça se bagarre à chaque coin de cases, du début jusqu'à la fin.

Quant au merveilleux dessin dynamique de Franquin, il n' jamais eu un cadre scénaristique aussi favorable pour s'exprimer.

Je n'ai qu'un mot à prononcer, ou plutôt quatre syllabes : In-dis-pen-sable !

Acheter sur Amazon

Du même auteur