Les articles et les livres les plus consultés – novembre 2017

Posté le 17 décembre 2017, par letournepage, dans Articles et livres les plus consultés

Découvrez ici les articles, les informations, les catégories et les livres les plus consultés par les visiteurs du site au cours du mois de novembre 2017.

*

1ère place


Astérix et la transitalique

Astérix et la transitalique – J.Y. Ferri & Didier Conrad

Dargaud – 48 pages – 9.90 €

 

Le pitch : N’en déplaise à Obélix, les Italiques, les habitants de l’Italie, ne sont pas tous des Romains, au contraire !

Les Italiques tiennent à préserver leur autonomie et voient d’un mauvais oeil les vélléités de domination de Jules César et ses Légions.

Dans Astérix et la Transitalique, nos héros favoris s’engagent dans une aventure palpitante à la découverte de cette suprenante Italie antique !

*

Mon avis : 37ème album de la série mythique et 3ème album de l’association Didier Conrad (pour le dessin) et Jean-Yves Ferri (pour le scénario).

Disons-le tout net : ce nouvel album est un naufrage.

A l’image de sa couverture, qui affiche aux yeux de millions d’acheteurs les défauts de perspectives les plus graves et flagrants depuis ma tentative de fresque picturale en classe de CE1 !

Comment deux professionnels aussi aguerris ont-ils pu se laisser entraîner dans une telle catastrophe ? Réponse : l’argent, la gloire, la reconnaissance, sans doute.

*

 

⇒ Lire la suite

*

2ème place


#Idées lecture : 10 dystopies pour vous retourner le cerveau

*

*

Dystopie.

A vos souhaits !…

Non, sérieux : si le Tourne Page a décidé aujourd’hui d’écrire ce nom abscons dans un de ses célèbres articles, c’est parce que le thème, le genre, est devenu un vrai sujet. Important.

Un sujet important dans la littérature de science-fiction mais, au delà de ça, dans la littérature générale.

Une dystopie, comme le rappelle notre maître à tous, Wikipédia, c’est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie.

Domaine peu exploré pendant longtemps, c’est Le meilleur des mondes, d’Aldous Huxley qui devint véritablement la pierre fondatrice du genre, en 1932. Depuis, la production du genre n’a cessé de s’accélérer, de manière exponentielle.

Pourquoi ? Parce que la dystopie n’est que le reflet de l’incertitude et des angoisses générées par l’accélération des mutations de l’univers dans lequel nous vivons, pauvres pêcheurs.

Incertitudes, inconnu : l’imaginaire, le trou noir de ce qui est à nos portes génère des peurs, des fantasmes. Alors, bienvenue dans la spéculation de ce qui va nous arriver. Car la dystopie, ce n’est que la matérialisation de nos peurs dans l’avenir, tirée de l’analyse de notre passé (pas mal celle-là, il faudra que je la replace…)

Voilà, pour résumer, dix grands titres dystopiques que vous devez avoir lu, absolument, pour mourir, certes, mais en étant moins idiot !…

⇒ Lire la suite

*

3ème place


BD pour adultes  ***Comics, Bandes dessinées pour adultes

*

Parfois, la BD est réservée aux adultes, car elle raconte des histoires sérieuses, difficiles, affreuses : vous la trouverez dans ce rayon. De même que les titres Américains réservés aux afficionados du fantastique, de la science-fiction et des super-héros…

⇒ Lire la suite

*

4ème place


Astérix en Corse

Astérix en corse – Goscinny & Uderzo

Editions Dargaud – 48 pages – 9.90 €

 

Le pitch : Pour célébrer l’anniversaire de la bataille de Gergovie, les Gaulois s’offrent en apéritif les malheureux légionnaires du camp de Babaorum. Là, ils libèrent Ocatarinetabelatchitchix, chef de clan corse.

Ce dernier, plus fier encore qu’un Gaulois, prétend alors que les Corses sont le « cauchemar des Romains ». Astérix et Obélix décident de s’embarquer pour l’île de beauté, histoire de prouver qu’ils sont les seuls à donner d’authentiques sueurs froides aux Romains.

Et ce sont encore ces derniers qui, malgré eux, vont arbitrer les débats

*

Mon avis : 21e tome des aventures d’Astérix et Obélix, publié en 1973.

À mon avis (partagé par beaucoup, je crois), un des trois meilleurs Astérix. Quelques bonnes raisons à l’appui de cette distinction :

Les dialogues sont étincelants. Comment ne pas s’extasier devant la dialectique corse résumée par René Goscinny, elle est absolument géniale ! (« Tu as parlé à ma sœur ? » et la suite, inoubliable !)

⇒ Lire la suite

*

5ème place


La servante écarlate

La servante écarlate – Margaret Atwood

Pavillons Poche – 522 pages – 11.50 €

*

Le pitch : Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles.

Vêtue de rouge, Defred,  » servante écarlate  » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés.

La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, diffusée sous le titre original The Handmaid’s Tale, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

*

Mon avis : Avant qu’une com’ démente ne submerge en cette année 2017 les amateurs de littérature américaine, à propos de La servante écarlate, j’avoue n’avoir jamais entendu parlé de ce roman vendu par millions outre-Atlantique…

Étrange, étrange, lorsqu’un livre est publié par un éditeur français en format poche… trente ans après qu’il l’ait sorti en format broché (la publication de Robert Laffont date de 1987) !

Mais sans doute, est-ce dû à la sortie et à la diffusion récente de son adaptation en série télévisée. Terrible pouvoir que celui des séries, dont celui, bénéfique finalement, que de placer sous les feux des projecteurs une oeuvre qui, jusqu’à maintenant, n’avait pas reçu en France l’accueil qu’il méritait !

 ⇒ Lire la suite

*

Le coin cadeau *** Les livres du jour***

Les meilleures ventes*** La vie d’un lecteur


Rappel

Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *