Les meilleures ventes de livres du 12 au 18 avril 2021

Posté le 26 avril 2021, par letournepage, dans Les meilleures ventes

Gigantesque coup de balai sur la tête du classement des meilleures ventes de livres : en quinze jours, c’est une vaste opération de remplacement qui « sort » les grandes valeurs sûres de ces derniers mois.

Exit le Goncourt extra large, exit Michel Bussi, Lisa Gardner…

Mais ce n’est pas pour autant que les remplaçants vont vous surprendre : Guillaume Musso domine, devant deux Bernard Minier, deux Aurélie Valognes. On retrouve même le traditionnel essai annuel de Philippe de Villiers et le « polar » non moins annuel de Jean-Christophe Rufin.

Une surprise tout de même ? Oui, avec l’OVNI Burn after reading. Je vous laisse découvrir.  Attention, cela pique les yeux !

Après Bussi, le retour de Musso, Minier et Valognes : surprise !

– Cliquez sur la couverture des livres pour accéder

à la page Amazon et acheter l’ouvrage –

Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur lui permet de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

*

1.


La vie est un roman

La vie est un roman – Guillaume Musso

Le livre de poche – 352 pages – 8.40 €

L’avant-dernier roman de Guillaume Musso est en tête des ventes depuis quasiment sa sortie, il y a un mois. Les chiffres sont très bons (18 000 ex sur une semaine, 140 000 en un mois), mais pour GM ce n’est pas aussi spectaculaire que cela en à l’air. Les critiques ne sont pas unanimes…

Le pitch : Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. L’enquête de police n’a rien donné.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au coeur broyé se terre dans une maison délabrée. Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer.

2.


Burn after writing

Burn after writing – Sharon Jones

Gallimard – 352 pages – 20.00 €

Un OVNI littéraire (littéraire… est-ce bien le bon terme ? Ha, ha !), émanation des réseaux sociaux, pour les moins de 18 ans.

Ce n’est pas le premier que l’on voit dans la liste des meilleures ventes, et le phénomène est en train de s’accélérer. Déjà 75 000 exemplaires vendus en un mois.

Le pitch : L’édition française tant attendue du phénomène TikTok !

Pouvez-vous être vraiment honnête lorsque personne ne vous regarde ? TikTok, Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, WhatsApp, Snapchat, YouTube… Le monde est devenu un gigantesque confessionnal. Dans un renversement de tendance, Burn After Writing vous encourage à ne rien partager. Avec ses questions incisives, ce journal intime vous met au défi de jouer à un jeu d’action ou vérité avec vous-même. Repoussez vos limites, réfléchissez à votre passé, à votre présent et à votre futur, et créez un livre secret qui parle de vous, rien que pour vous.

Et lorsque vous aurez terminé, jetez-le, cachez-le… ou brûlez-le après l’avoir écrit.

ROSE OU BLEU, C’EST COMME ON VEUT !

3.


Le Jour d'après

Le Jour d’après – Philippe de Villiers

Albin Michel – 224 pages – 19.00 €

Philippe de Villiers a toujours été un gros vendeur, ses essais ont un public fidèle. 20 000 exemplaires vendu en deux semaines.

Le pitch : « Ce que nous avons vécu a déjà été joué. À New-York. Lors d’une réunion ou plutôt d’un exercice de simulation d’une pandémie de coronavirus, le 18 octobre 2019 ; tout a été filmé et se trouve sur internet.

Cela s’est passé plusieurs mois avant la survenance du virus. En réalité, les participants – les géants du capitalisme de surveillance – anticipaient ainsi la catastrophe à venir. Ils avaient voulu un monde d’un seul tenant, sans cloisons. Ils savaient que ce monde-là serait hautement pathogène. Ils le savaient et ils s’y préparaient. Ils attendaient la pandémie et ils la voyaient venir.

Quand elle survint, ils la saluèrent comme « une fenêtre d’opportunité ».

4.


La Vallée

La Vallée – Bernard Minier

Pocket – 576 pages – 8.40 €

« Quant un nouveau Minier sort , le précédent est publié en format poche » est un adage bien connu de l’édition française (le mot Minier peut être remplacé par Musso, ou Lévy, ou Valognes !).

NB : près de 600 pages, au moins les lecteurs en ont pour leur argent !

Le pitch : Une enquête de Martin Servaz qui le confronte aux fantômes de son passé, et à une série de meurtres aux mises en scènes particulièrement sophistiquées et macabres, dans une vallée coupée du monde.

 » Je crois que quelqu’un est en train d’agir comme s’il se prenait pour Dieu…  »

5.


Né sous une bonne étoile

Né sous une bonne étoile – Aurélie Valognes

Le livre de poche – 386 pages – 8.40 €

« Quant un nouveau Valognes sort , le précédent est publié en format poche » est un adage bien connu de l’édition française (le mot Valognes peut être remplacé par Musso, ou Lévy, ou Minier !).

Le pitch : Sans être vraiment fâché avec l’école, Gustave peine à y trouver sa place. En classe, il observe les oiseaux dans la cour, rêvasse, scrute les aiguilles de la pendule. Il aimerait bien rapporter des bonnes notes à sa mère au lieu des habituelles convocations du directeur. Pourtant, Gustave est travailleur. Il passe beaucoup de temps sur ses devoirs, mais les leçons ne rentrent pas. Certains enseignants commencent même à le prendre en grippe et à le croire fainéant.

Et à force d’entendre qu’il est un cancre, Gustave finit par s’en convaincre. Jusqu’à ce qu’une rencontre vienne changer le cours des choses…

6.


La chasse

La chasse – Bernard Minier

XO – 472 pages – 21.90 €

Voilà le nouveau Minier évoqué plus haut. Sans commentaires…

Le pitch :  » Il y a des ténèbres qu’aucun soleil ne peut dissiper. « 

Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt. L’animal a des yeux humains. Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassée dans les forêts de l’Ariège…

Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque. Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers de la peur. Une enquête où Martin Servaz joue son honneur autant que sa peau.

7.


Le Tourbillon de la vie

Le Tourbillon de la vie – Aurélie Valognes

Fayard – 288 pages – 18.90 €

Voilà le nouveau Valognes évoqué plus haut. Sans commentaires…

Le pitch : Le temps d’un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l’un et les rêves de l’autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.

Un roman sur le temps qui passe, la transmission et les plaisirs simples qui font le sel de la vie.

8.


 

La Princesse au petit moi

La Princesse au petit moi – Jean-Christophe Rufin 

Flammarion – 400 pages – 20.00 €

Une nouvelle enquête du héros diplomate de l’auteur, lui-même ancien diplomate.

Le pitch : L’Europe compte cinq micro-Etats : Andorre, San Marino, le Liechtenstein, Monaco et le Vatican. J’en ai découvert un sixième, la Principauté de Starkenbach, en suivant la nouvelle enquête d’Aurel Timescu. En effet, sur la recommandation d’un de ses anciens ambassadeurs, notre calamiteux petit Consul de France se retrouve embarqué dans les sulfureuses affaires de ce minuscule territoire.

La Principauté de Starkenbach, nichée au coeur des Alpes, est un beau pays. Vous risquez cependant de chercher en vain le moyen de vous y rendre autrement qu’en lisant ce livre. Ayant eu le privilège de fréquenter certaines cours princières, je n’y ai rencontré que des personnes d’une haute valeur morale, dévouées à leurs peuples. Aussi, quand il m’a fallu peindre la débauche, les trafics et le crime, c’est ailleurs que je suis allé les chercher. Ailleurs, c’est-à-dire en moi-même, bien sûr.

9.


Nos résiliences

Nos résiliences – Agnès Martin-Lugand

Pocket – 320 pages – 7.60 €

Avec Agnès Martin-Lugand, on ne rigole pas tous les jours. Mais il y en a qui aime ça !

Le pitch :  » Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ? Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange, cette notion d’avant et d’après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d’essentiel. Aucune projection dans l’avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j’avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l’étouffer, l’éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir. « 

Un seul instant suffit-il à faire basculer toute une vie ?

10.


Vivre avec nos morts

Vivre avec nos morts – Delphine Horvilleur

Grasset – 234 pages – 19.90 €

Le sujet de cet essai renvoie à nos préoccupations actuelles. A découvrir ?

Le pitch : Tant de fois je me suis tenue avec des mourants et avec leurs familles. Tant de fois j’ai pris la parole à des enterrements, puis entendu les hommages de fils et de filles endeuillés, de parents dévastés, de conjoints détruits, d’amis anéantis… »

Etre rabbin, c’est vivre avec la mort : celle des autres, celle des vôtres. Mais c’est surtout transmuer cette mort en leçon de vie pour ceux qui restent : « Savoir raconter ce qui fut mille fois dit, mais donner à celui qui entend l’histoire pour la première fois des clefs inédites pour appréhender la sienne. Telle est ma fonction. Je me tiens aux côtés d’hommes et de femmes qui, aux moments charnières de leurs vies, ont besoin de récits. »

Delphine Horvilleur superpose trois dimensions, comme trois fils étroitement tressés : le récit, la réflexion et la confession. Le récit d’ une vie interrompue (célèbre ou anonyme), la manière de donner sens à cette mort à travers telle ou telle exégèse des textes sacrés, et l’évocation d’une blessure intime ou la remémoration d’un épisode autobiographique dont elle a réveillé le souvenir enseveli.

 

 Le coin cadeau ***Les livres du jour

La vie d’un lecteur***L’actualité des sorties


RappelLe modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur lui permet de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *