Azimut

T4 - Nuées noires, voile blanc

Jean-Baptiste Andréae & Wilfrid Lupano

Vents d'ouest

Partager sur :

Le pitch

C’est comme un éternel recommencement : de nouvelles fiançailles sont organisées pour Manie Ganza ! La belle est promise à devenir cette fois-ci la cent troisième épouse du seigneur du désert, le grand mamamouchi Baba Musiir.

Mais ce dernier, si puissant soit-il, sera-t-il capable de résister à la jalousie maladive de l’Arracheur du temps ? Sans parler du poète Eugène, capable de tout par amour, ou de la reine d’Éther, prête à réveiller des puissances enfouies (et pour de bonnes raisons) pour se venger de la beauté de sa fille.

Et pendant que Manie déchaîne les passions, le temps, lui, continue de filer...

*

Nuées noires, voile blanc

Mon avis

Deux ans après le troisième tome, voici le quatrième volume de la série Azimut, cette petite merveille d'humour, d'aventures, de poésie et de folie onirique imaginée par Lupano et mise en images par Andréae !

Deux ans, c'est bien long. Aussi ai-je pris le temps de relire les 140 planches déjà publiées, afin de me replonger dans cet univers qui vous fait, je vous le jure, vraiment oublier le temps de quelques minutes la triste réalité du monde qui vous entoure !

Une histoire assez complexe à suivre, tant Lupano a su multiplier les personnages (tous plus étranges les uns que les autres), les univers et les situations les plus improbables.

Mais c'est cette profusion, alliée à un sens de la poésie onirique assez unique, qui rendait la série si étonnante et attachante.

*

Nuées noires, voile blanc

*

"Alors, alors, dit, Papa, est-ce que c'est toujours aussi bien, Azimut ?"

Eh bien, mon enfant, oserais-je répondre à cet enfant qui demeure enfoui en moi, kouçi kouça.

Kouçi, parce que les personnages, les univers sont toujours là, savoureux, mais aussi parce que Lupano a enfin entrepris de démêler les fils de son intrigue (on en sait enfin un peu plus sur le mangeur de temps !); et enfin parce que les dessins d'Andréae sont toujours au top du top (impossible de trouver un graphiste capable de rendre plus sexy un corps de femme !) .*

Nuées noires, voile blanc

Kouça, malgré tout, parce que l'histoire n'est pas terminée, et que l'intrigue manque un peu de densité (en deux ans, tu n'aurais pas pu dessiner vingt planches de plus, dit monsieur l'artiste ?!).

Kouça enfin parce que, comme pour le troisième tome, la qualité d'impression (un manque de contraste flagrant) ne rend pas totalement hommage aux graphismes et aux couleurs formidables d'Andréae, cette qualité qui était au rendez-vous des deux premiers albums.

L'ensemble reste cependant d'une tenue largement au dessus de la moyenne de la production BD actuelle et puis,il faut l'avouer, on s'est pris d'affection pour les personnages. N'empêche que, monsieur Cadbury, on aimerait bien un cinquième et dernier tome (dernier, s'il vous plait !) dans un délai raisonnable...

Acheter sur Amazon

Du même auteur