Chroniques birmanes

Guy Delisle

Delcourt

Partager sur :

Le pitch

Après la Corée (Pyongyang) et la Chine (Shenzhen) Guy Delisle nous invite à découvrir la Birmanie, où il a suivi sa femme pendant 14 mois, alors qu’elle était en mission avec Médecins sans frontières.

De sa position d’observateur, il capte et s’en tient à ce qu’il entend, ce qu’il remarque.

Témoin curieux et souvent perplexe du quotidien, il y raconte son expérience avec simplicité, humour tout en présentant la réalité politique, sanitaire et sociale de ce pays dominé par la junte militaire.

Mon avis

Il y a encore une douzaine d'années, les journalistes et les expatriés qui souhaitaient transmettre une partie de leurs souvenirs et de leur expérience à l'étranger le faisaient, soit par un récit de voyage, un essai, ou par le biais d'un livre de photos accompagnées d'un texte plus ou moins élaboré.

Désormais, le roman graphique a remplacé, souvent avantageusement, tous ces modes d'expression.

En quelques centaines de page, l'auteur(e) peut, avec un seul médium, faire passer autant d'informations et d'images qu'il le désire.

*

Chroniques birmanes

*

Soit pour raconter des souvenirs d'enfance,dans un contexte "exotique" plus ou moins frappant (les plus célèbres sont sans doute Marjane Satrapi avec Persépolis, Craig Thompson, puis Riad Sattouf, avec L'arabe du futur).

Soit pour parler des expériences plus ancrées dans l'actualité, et là, c'est Guy Delisle, le canadien d'origine qui voyage en Asie ou au Moyen-Orient, qui est la référence.

Avec Chroniques birmanes, Delisle raconte la grosse année passée au début du siècle dans ce pays dominée par la dictature des militaires, alors qu'il accompagne sa femme qui est cadre dans une organisation humanitaire (M.S.F.).

*

Chroniques birmanes

*

Le couple vient d'avoir un enfant et il s'avère vite que la vie avec un bébé, dans un pays aux mœurs, à la religion, au climat et au cadre politique et économique  complètement différents de celui d'un pays occidental, n'est pas une une partie de plaisir.

Ce sont véritablement de petites chroniques au jour le jour que déroule sur plus de deux cents pages Guy Delisle, avec la sérénité et le sens de l'humour (doublé d'une grande capacité d'auto-dérision) qu le caractérisent.

Une, deux, trois pages sur un sujet, une anecdote touchant tous les aspects de sa vie quotidienne.

Le regard d'un occidental posé sur un monde qui a tout de la planète mars.

*

Chroniques birmanes

*

Le lecteur attentif apprendra énormément de choses sur le pays, car il y a beaucoup d'informations.

Il le fera avec le sourire, même si l'auteur ne cherche pas à faire rire à tout prix mais plutôt, ce qui est particulièrement intelligent, à faire passer des messages sérieux avec un peu de recul pour rester dans la légèreté.

Le trait de Guy Delisle est simple, voire parfois simpliste, ce qui m'a pas mal gêné lorsqu'il ne se contente pas de raconter, mais cherche à montrer son environnement, et l'on regrette parfois l'absence d'un minimum de couleurs, comme ont sut le faire Marjane Satrapi et Ryad Sattoud.

*

Chroniques birmanes

*

C'est cependant avec plaisir que le lecteur se laisse entraîner au fil des pages car, c'est le côté le plus sympathique de l'entreprise, Delisle ne se prend jamais au sérieux.

Mérite vraiment le détour !

Acheter sur Amazon

Du même auteur