Des milliards de tapis de cheveux

Andreas Eschbach

L'Atalante / J'ai lu

Partager sur :

Le pitch

Quelque part aux confins de l'Empire, sur un monde oublié de tous... une petite planète apparemment anodine.

Sauf que, depuis des temps immémoriaux, les hommes s'y livrent à une étrange occupation : tisseurs de père en fils, ils fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le Palais des Étoiles de l'Empereur.

Pourtant, une étrange rumeur circule. On raconte ça et là que l'Empereur n'est plus. Qu'il serait mort, abattu par des rebelles.

Mais dans ce cas, à quoi peuvent donc servir ces tapis ? Et qui est cet homme si étrange qui prétend venir d'une lointaine planète ? Lui aussi affirme que l'Empereur est mort...

Mon avis

Des milliards de tapis de cheveux, le roman de d'Andreas Eschbach, un auteur allemand (avec une telle sonorité, vous vous en doutiez, n'est-ce pas ?!) date de 1995.

Il a fallu dix ans pour qu'il soit traduit en français (grâce à L'Atalante, grâce soit rendu à l'éditeur...) et vingt ans pour que, petit à petit, il émerge - par un pur effet de bouche-à-oreille - de la masse confuse de la production standard de la SF contemporaine, pour être enfin considéré comme une des pièces maîtresses récentes de cette littérature de genre.

Pourquoi tant de temps pour atteindre cette reconnaissance ? Je n'en est pas la moindre idée, mais je trouve que le phénomène est plutôt rassurant : il signifierait que la qualité finit toujours par être reconnu et récompensé !

Lorsque j'ai découvert ce roman il y a déjà plusieurs années, j'ai d'abord été attiré par le titre, à la fois intriguant, poétique et original.

Mais c'est surtout le pitch qui m'a immédiatement mis l'eau à la bouche : quelle idée ? et quelle idée !

Rassemblée autour de 17 chapitres, conçus en kaléidoscope, qui partent, comme la focale d'une caméra qui recule indéfiniment, du gros plan sur une planète étonnante, pour englober, peu à peu, à l'univers entier, cette histoire véritablement fascinante est d'une originalité absolue.

Et faire de l'originalité absolue en matière de SF, de nos jours, c'est une performance !

Cette originalité tient moins aux thèmes abordés (le pouvoir, l'histoire de l'humanité), qu'à la manière de les traiter mais surtout, de l'écrire.

Le style est somptueux et l'on pourrait considérer, d'une certaine façon, Des milliards de tapis de cheveux comme un poème en prose, un texte porteur d'impressions, d'idées, que le lecteur recevra à la hauteur de sa propre perception.

Un poème ? Que cela ne vous fasse pas peur, au contraire !

Achetez, lisez, puis faites partager ! Vous m'en direz des (bonnes) nouvelles !

Acheter sur Amazon

Du même auteur