Icônes de l’Art moderne

La collection Chtchoukine

Anne Baldassari

Gallimard

Partager sur :

Le pitch

L’exposition inédite organisée par la Fondation Louis Vuitton réunit un ensemble de cent trente chefs-d’œuvre parmi les plus emblématiques de la collection Sergueï I. Chtchoukine, créée à Moscou par le grand mécène russe.

Depuis Le Déjeuner sur l’herbe (1866) de Claude Monet, le hiératique Mardi gras (1888-1890) de Paul Cézanne, l’odalisque tahitienne Eh quoi, tu es jalouse? (1892) de Paul Gauguin, le panneau luminescent de L’Atelier du peintre (1911) de Henri Matisse, pour se conclure sur les Trois femmes (1908) et les papiers collés de Compotier, grappe de raisin, poire coupée (1914) de Pablo Picasso, la magnificence de la collection Chtchoukine trouve pleinement à s’exposer ici.

Élargie à un ensemble d’une trentaine d’œuvres majeures des avant-gardes russes, dont Contre-relief (1916) de Vladimir Tatline, la Ligne verte (1917) d’Olga Rozanova, ou la table monochrome du Carré noir (1929) de Kazimir Malévitch, l'exposition «Icônes de l’art moderne» porte à l’extrême l’amplitude de ce parcours de la création aux XIXe et XXe siècles.

La présentation de ces œuvres d’exception, formant le creuset sensible de notre regard commun, constitue une exemplaire «leçon de peinture».

Mon avis

L'exposition Chtchoukine est incroyable, et je ne regrette pas de m'être déplacé, au dernier moment, pour contempler les innombrables toiles majeures (dont certains véritables chef-d'oeuvres) qu'aura exposé la fondation Louis Vuitton dans son magnifique vaisseau, actuellement "habillé", de manière particulièrement élégante et poétique, par les voiles multicolores de Daniel Buren.

Car pour les revoir, il faudra maintenant se déplacer à l'autre bout du continent car la très grande majorité des toiles sont exposées au musée de 'Ermitage et au musée Pouchkine. Pas la porte à côté.

Impossible de décrire ici les chocs esthétiques que l'on peut ressentir à la vue des dizaines de Picasso, Cézanne, Gauguin, Monet, Matisse (ce sont les peintres les plus représentés) merveilleusement encadrés et, surtout, d'une fraîcheur absolue.

Les couleurs des deux Monet, par exemple, sont tellement fraîches que le visiteur a l'impression qu'ils ont été peints hier ! Regardez Le déjeuner sur l'herbe (photo prise par mes soins, on peut faire beaucoup mieux !) :

*

IMG_4439 (2)

*

Quand il sort d'une exposition aussi magnifique, le visiteur n'a qu'une envie : se précipiter sur le catalogue édité à l'occasion, pour voir si, en l'achetant, on peut s'offrir une petite parcelle de souvenir de l'instant magique qu'on vient de vivre.

Parfois, le catalogue est superbe, les reproductions très réussies, les textes passionnants. Parfois, c'est raté. Pas de chance, avec l'exposition Chtchoukine, c'est raté.

Ce n'est pas le prix (49.90 €) qui pose problème, il correspond à celui d'un ouvrage de cette dimension : il s'agit d'un livre presque carré (28.5*30.5 cm), avec près de 500 pages. Mais dès que le lecteur ouvre la couverture, il ne peut être qu'interloqué : fi des magnifiques papiers glacés au grammage important des essais de ce type ! Fi des reproductions des principales toiles avec des couleurs aussi proches que possible des orignaux !

Non, ce livre est imprimé sur un papier de qualité médiocre, genre vergé chiffon cheap (je ne suis pas un spécialiste) de faible grammage. Le texte envahit tout, d'un intérêt pour le moins discutable (j'aurais du m'en douter en tendant l'oreille quelques minutes aux considérations vaseuses livrées par l'appli créée pour l'exposition).

Et surtout, les reproductions en noir et blanc prédominent (oui : en noir et blanc !). Franchement, je n'ai jamais vu ça. Quel gâchis !

* la_salle_matisse_le_salon_rose_au_palais_troubetsk

*

La seule bonne idée, des quadruples pages affichant des photos des tableaux mis dans leur situation originelle est complètement gâché car le fait qu'elles sont en noir et blanc (encore !) et imprimée sur un papier trop léger pour qu'après plusieurs manipulations les pages ne s’abîment pas.

*

Chtchoukine - Symposium -newsletter

*

Par contre, je vous encourage vivement à acquérir le numéro spécial de Connaissance des arts qui, pour la somme modeste de 9 €, reproduit un tiers des tableaux (43 sur 128) avec des couleurs superbes, et un texte de présentation très informatif et complet (voir format poche de la fiche ci-contre).

Acheter sur Amazon

Du même auteur