Le schpountz

Marcel Pagnol

Editions de Fallois

Partager sur :

Le pitch

Le Schpountz est quelqu'un capable de raisonner à merveille sur toutes choses sauf une, le cinéma. S'il se met en tête qu'il ressemble à la plus séduisante des vedettes ou même qu'il la surpasse, serait-il laid comme Polichinelle, qu'il n'en démordra pas.

On ne trouve d'ailleurs pas le mot dans le dictionnaire, mais on l'entend souvent dans la bande à Charlet, les techniciens qui travaillent pour le producteur Meyerboom. Ces joyeux farceurs ne manquent pas une occasion de rire aux dépens des illuminés convaincus d'être destinés à une carrière d'étoile .

... Comme Irénée Fabre qui ronge son frein dans l'épicerie de son oncle en attendant e la » chance et gobera sans sourciller le contrat offert par la bande, de passage dans son village provençal.

A Paris, où il se précipite, il reçoit une leçon dont la script-girl Françoise - qui le juge sympathique - atténue l'amertume en lui procurant une place d'accessoiriste. Irénée a-t-il réellement renoncé à son ambition d'être un jeune premier romantique ?

Au fond du cœur non, bien sûr, et c'est ce qui donne son rebond final à cette comédie cinématographique où se sont illustrés Fernandel et Charpin.

Mon avis

Si j'ai classé cette oeuvre dans la catégorie théâtre, bien qu'il ne s'agisse pas d'une pièce au sens strict du terme, mais plutôt du script d'un film, c'est qu'elle en a la forme et en adopte toutes les conventions, au point qu'elle pourrait être montée sans problèmes (si ce n'est financier et technique !) sur les planches.

Considérons donc la comme une pièce de théâtre.

Une pièce qui aurait les dimensions d'une comédie de Shakespeare ou Rostand, car le texte est très long et certaines répliques sont de véritables tirades : Le schpountz possède les dimensions d'un roman standard (le film de Marcel Pagnol dure d'ailleurs largement plus de deux heures).

*

Le schpountz

*

L'oeuvre est une des créations les plus connues de Marcel Pagnol.

Sa renommée vient, sans doute, de l'interprétation magistrale de Fernandel alors au fait de sa gloire qui, à lui tout seul, a su personnifier et matérialiser la notion de Schpountz au yeux du monde.

Le lecteur peut d'ailleurs vérifier, à de nombreuses reprises en découvrant le texte, que le personnage a été créé, conçu, écrit pour Fernandel.

*

Le schpountz

Irénée et l'oncle Baptiste

*

Au point que, pendant des décennies, le terme est devenu générique, dans le sud, pour désigner un fada du cinéma, un pauvre type qui est persuadé d'être de la graine de star devant qui l'industrie du 7ème art va dérouler le tapis rouge.

La pièce est merveilleuse car Marcel Pagnol - comme dans ses meilleurs textes - a su la rendre aussi drôle que poignante.

Une comédie où le spectateur rit tout le temps  : rire franc, rire jaune, rire au premier ou au second degré, certaines formules géniales sont devenues célèbres !

Rire oui... mais entre deux éclats de rire, le lecteur passe sans transition et à toute vitesse aux larmes d'émotion (la scène de la non-demande en mariage est géniale). La preuve : l’histoire commence comme une farce, et se termine comme une leçon de morale...

*

Le schpountz

Irénée et le "portier géant"

*

Le texte est accessible pour tous les publics et rencontrera (même si certains éléments de contexte ont vieilli) je pense un franc succès auprès des jeunes.

N'hésitez pas à le découvrir et à en faire profiter autour de vous !

Acheter sur Amazon

Du même auteur