Le tigre blanc

Aravind Adiga

10/18

Partager sur :

Le pitch

Le tigre blanc, c'est Balram Halwai, ainsi remarqué par l'un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel.

Dans son Bihar natal miséreux, corrompu et violent, Balram est pourtant obligé d'interrompre ses études afin de travailler, comme son frère, dans le tea-shop du village. Mais il rêve surtout de quitter à jamais les rives noirâtres d'un Gange qui charrie les désespoirs de centaines de générations. La chance lui sourit enfin à Delhi où il est embauché comme chauffeur. Et tout en conduisant en driver zélé, au volant de sa Honda City, M. Ashok et Pinky Madam, Balram Halwai est ébloui par les feux brillants de l'Inde récente des nouveaux entrepreneurs.

L'autre Inde, celle des trente-six millions et quatre dieux, celle des castes, des cafards, des taudis, des embouteillages monstres, des affamés, des éclopés et des laissés-pour-compte de la Shining India du XXIe siècle, finit par avoir raison de son honnêteté. Car, de serviteur fidèle, Balram bascule dans le vol, le meurtre et pour finir... dans l'Entreprise...

Roman obsédant écrit au scalpel et à même la chair du sous-continent, Le Tigre blanc, conte moderne, irrévérencieux, amo­ral mais profondément attachant de deux Indes, est l'oeuvre du plus doué des jeunes auteurs indiens.

Mon avis

Booker Price 2008.

Quelle chance de tomber, parfois, sur un livre dont on n'avait jamais entendu parler, dont on n'attendait rien, donc, et qui se révèle peu à peu, au fil de la lecture, être une porte ouverte sur un autre monde !

C'est ce qui m'est arrivé, il y a un petit moment, avec Le tigre blanc, un des meilleurs romans que j'ai pu lire sur l'Inde ces dernières années.

L'Inde, c'est cet autre monde évoqué plus haut. Mais pas l'Inde romantique, fantasmé, des grands classiques de la littérature ! Non, l'Inde d'aujourd'hui, dure, impitoyable, ou la lutte obstinée, quotidienne, est le lot commun de chacun...

Présenté sous une forme narrative très originale mais assez bizarre (le héros, Balram Halwai, qui est ce fameux titre blanc, écrit sept longues lettres au premier ministre chinois), le récit suit le destin de ce garçon dont le surnom vient de ses capacités extra-ordinaires.

Intelligent, profondément déterminé et opportuniste ce qui n'en fait pas quelqu'un de forcément très sympathique), il possède une capacité darwinienne à, non seulement survivre dans un environnement hostile, mais à se l'approprier pour en tirer son propre profit (jusqu'au jour où...).

C'est l'occasion (ou le prétexte) a plonger dans l'Inde contemporaine, celle où se côtoient comme deux mondes situés à chaque bout de l'univers  les campagnes et les mégalopoles. L'écriture est sèche, précise, parfaitement accordée avec le personnage central.

A la fin de ce roman, j'en avais plus appris sur le pays qu'en dix ans de fréquentation avec les médias (écrites ou audiovisuelles).

Fortement recommandé, pour tous ceux qui considèrent que l'on peut allier l'intérêt de la découverte au plaisir de la lecture.

Acheter sur Amazon

Du même auteur