L’ombre d’un nuage

Nicolas Poupon

Editions Sarbacane

Partager sur :

Le pitch

« Il faisait très, très, très chaud cet été-là. Le soleil semblait prêt à tout manger et les nuages avaient disparu. Quand Carlos est arrivé en courant pour nous dire qu’il en avait vu un, on s’est dit que ce serait notre nuage, celui qui nous ferait de l’ombre où on veut, quand on veut. De l’ombre rien que pour nous ! Et on est partis pour le capturer, Carlos, Meredith, Prosper, Pedro, Coin-Coin et moi. Il faisait toujours aussi chaud, mais maintenant, c’était de l’aventure !  »

Ils sont six. Cinq gars une fille, partis en expédition pour capturer un nuage et enfin, faire tomber la pluie sur leur pays brûlé par la canicule. Après une entrée en matière drôle et pleine de vie, où les six se chamaillent et révèlent leurs fortes personnalités complémentaires, ils réussissent à capturer le nuage, le ligotent et l’enferment sans états d’âme pour la nuit.

C’est alors qu’on découvre la réalité : il s’agit d’un bébé nuage, qui pleure d’avoir perdu ses parent. La quête joyeuse et légère du début débouche sur un moment d’émotion intense, tandis que la morale de l’histoire apparaît : de quel droit capture-t-on un être différent, pour son propre intérêt ?

Cet étrange étranger serait-il lui aussi un être vivant, doué de sensibilité ?

Mon avis

Le pitch est suffisamment explicite pour que je ne m’attarde pas à l’excès sur l’histoire. Sachez simplement que cette longue histoire (il y a 140 pages !) est, parmi les multiples publications de ces derniers mois, le livre pour la jeunesse le plus proche d’une "vraie" bande dessinée.

Avec un vrai sens de l’humour, mais un humour tendre qui parlera immédiatement aux enfants de tous âges (les grands peuvent lire eux-même le texte, très développé, et on peut le lire aux plus petits) – Nicolas Poupon déroule un récit plein de sous-textes sur la morale, l’amitié, la vie, sans que jamais cela ne tombe dans un didactisme voyant.

*

L'ombre d'un nuage

*

Quand aux illustrations, elles sont tout simplement charmantes, avec un dessin très « BD belge » et des couleurs pétantes, acidulées, que j’ai adoré.

Tenez, en respectant l’adage que « rien ne vaut un beau dessin » je vous offre deux reproductions qui vous permettront de visualiser ce que je viens d’affirmer.

*

L'ombre d'un nuage

*

L'ombre d'un nuage*

*

Sympa, non ? Fortement recommandé.

Acheter sur Amazon

Du même auteur