Un long dimanche de fiançailles

Sébastien Japrisot

Denoël / Folio

Partager sur :

Le pitch

Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Cinq soldats qu'on a jetés dans la neige de Picardie, un soir de janvier 1917, devant la tranchée ennemie, pour qu'on les tue.

Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n'avait pas vingt ans.

À l'autre bout de la France, la paix venue, Mathilde veut savoir la vérité sur cette ignominie. Elle a vingt ans elle aussi, elle est plus désarmée que quiconque, mais elle aimait le Bleuet d'un amour à l'épreuve de tout, elle va se battre pour le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l'a perdu.

Tout au long de ce qu'on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours, et malgré le temps, malgré les mensonges, elle ira jusqu'au bout de l'espoir insensé qui la porte.

Mon avis

Prix Interallié 1991.

Sébastien Japrisot est un auteur qui aura toujours vécu entre deux mondes.

Entre la littérature et le cinéma, auxquels il consacra une part à peu près égale de sa vie.

Entre le roman classique et le livre populaire (et notamment le genre policier).

C'est peut-être pour cela qu'il n'a jamais eu exactement la reconnaissance que son talent formidable, méritait.

Quoiqu'il en soit, c'est avec Un long dimanche de fiançailles qu'il est parvenu pour une fois à concilier le tout, et qu'il en a été récompensé de la meilleure façon : succès critique, récompense prestigieuse et gros tirage, adaptation au cinéma tout aussi appréciée; et tout cela est vraiment mérité.

Sur un sujet grave, les "veuves blanches" de la Première guerre mondiale (repris, par exemple, par le film La vie et rien d'autres, de Bertrand Tavernier), Sébastien Japrisot construit l'histoire d'un destin, celui d'une femme admirable qui, sans faiblir, cherche pendant des années l'homme que la guerre lui a prit.

Il trace, tout au long du récit, la terrible toile de fond de l'Histoire, avec un grand H, celle de la guerre qui a bouleversé de façon dramatique la vie de trois générations de français.

Japrisot était un tricoteur d'histoires policières, il n'est donc pas étonnant qu'il soit parvenu à donner à son roman le ton d'une enquête mi-policière, mi-journalistique.

Son lecteur, habilement accroché, suit l'appas, jusqu’au dénouement, admirable et triste, tout en gobant sans s'en rendre compte les informations que lui fournit l'auteur sur l'époque.

L'oeuvre, déjà un classique de la littérature de guerre, a la simplicité admirable des grands romans populaires, ceux dans lesquels chacun peut un peut se retrouver.

Recommandé.

NB : ce roman dense, au style simple et efficace, a manifestement été écrit pour être destiné à tous.

Mais le sujet, austère, sa construction un peu complexe et la quantité importante de personnages peuvent dérouter les lecteurs les moins aguerris... que cela ne les empêche pas de tenter leur chance, le résultat en vaut la peine !

   

Acheter sur Amazon

Du même auteur