Mémoires d’Hadrien

Marguerite Yourcenar

Gallimard / Folio

Partager sur :

Le pitch

« J'ai formé le projet de te raconter ma vie. » Sur son lit de mort, l'empereur romain Hadrien (117-138) adresse une lettre au jeune Marc Aurèle dans laquelle il commence par donner « audience à ses souvenirs ».

Très vite, le vagabondage d'esprit se structure, se met à suivre une chronologie, ainsi qu'une rigueur de pensée propre au grand personnage.

Derrière l'esthète cultivé et fin stratège qu'était Hadrien, Marguerite Yourcenar aborde les thèmes qui lui sont chers : la mort, la dualité déroutante du corps et de l'esprit, le sacré, l'amour, l'art et le temps.

À l'image de ce dernier, ce « grand sculpteur », elle taille, façonne, affine avec volupté chacun des traits intérieurs du grand homme à qui elle fait dire : « Je compte sur cet examen des faits pour me définir, me juger peut-être ou tout au moins pour me mieux connaître avant de mourir. »

Mon avis

Mémoires d'Hadrien, sans doute l'oeuvre la plus connue de Marguerite Yourcenar avec L'oeuvre au noir, est un petit miracle.

Rarement, dans l'histoire de la littérature française, un roman a présenté un tel équilibre entre le travail historique et le plaisir de la phrase, sans que le résultat pâtisse jamais, soit d'un excès d'érudition, soit d'une lourdeur de lecture.

Pourtant, au premier abord, certains lecteurs peuvent s'interroger sur le plaisir susceptible d'être obtenu en découvrant les mémoires (certains diraient l'autobiographie) d'un empereur romain, aussi célèbre et important soit-il resté dans l'histoire de l'antiquité.

C'est là que ce situe le miracle : Marguerite Yourcenar, avec la sérénité totale d'une langue classique parfaite (chaque phrase est un petit miracle d'équilibre, un hommage au français le plus pur), prend le lecteur par la main et lui fait visiter, sans aucune lourdeur pédagogique, la galerie des souvenirs d'Hadrien lorsqu’à la fin de sa vie, il se retourne et contemple son parcours.

Ce monologue exceptionnel est passionnant de bout en bout. Et ce texte est profondément apaisant, comme peut l'être le récit d'un homme qui, au bout du chemin, transmet son expérience, ses doutes et ses certitudes.

Yourcenar est née en 1903, elle a reçu l'éducation d'une jeune aristocrate puisée dans la culture du XIX° siècle. Avec ses livres, elle nous a laissé le témoignage de ce que pouvait être la culture française dans toute grandeur.

S'il y a quelques classiques français du siècle dernier à lire à tout prix, Mémoires d'Hadrien en fait partie. Indispensable.

 

Acheter sur Amazon

Du même auteur