Peyton place

Grace Metalious

10/18

Partager sur :

Le pitch

Etats-Unis, années 40. Peyton Place est une petite ville aux apparences tranquilles. Mais derrière les façades proprettes des demeures victoriennes ou celles plus vétustes des maisons des faubourgs, des drames se jouent.

Dans les beaux quartiers, Allison ignore tout du secret qui entoure sa naissance et du passé sulfureux de sa mère. Tout ce qui lui importe pour le moment est l'amitié de la jolie Selena Cross, issue des taudis de la ville, qui subit les violences d'un beau-père alcoolique...

Chronique au vitriol d'une petite ville américaine, où la condition des femmes est sans cesse bafouée, Peyton Place fit scandale lorsqu'il parut en 1956. Il est aujourd'hui devenu un best-seller international.

Mon avis

Peyton Place, c'est peut être un nom qui résonne faiblement dans votre mémoire, et encore... Avant de me plonger dans la sortie en poche de cette réédition (merci aux Presses de la Cité d'avoir pris la peine de remettre ce petit bijou à la disposition des français) d'un roman de 1956, je n'avais que vaguement entendu parlé d'un feuilleton des années 50 qui avait eu un succès fou aux Etats-Unis.

Mais après avoir refermé le très épais volume (près de 700 pages en édition poche), j'étais bien mieux informé grâce à la remarquable postface d'Ardis Cameon (35 pages passionnantes). J'ai pu alors remettre les choses en perspective et reconstituer l'étonnante histoire ce livre remarquable.

Au milieu des années 50, Grace Metalious (quel nom aux sonorités incroyables !), jeune auteure inconnue, trouve un éditeur, très difficilement. Son roman raconte les événements qui secouent, au fil des années, une petite ville américaine comme il en existait alors des dizaines de milliers un peu partout dans le pays. Dans un style direct, incroyablement vivant, Grace Metalious raconte crûment les événements qui ponctuent la vie d'une douzaine de personnages principaux.

Son récit avance, inexorablement, sans rien cacher, sans rien laisser dans l'ombre : la pauvreté effroyable, les coucheries, la violence, l'inceste, l'avortement, les vengeances, les amours et les haines, les petites mesquineries et les petits accommodements d'une petite communauté repliée sur elle-même.

C'est terriblement réaliste pour l'époque (certaines scènes restent même choquantes aujourd'hui), elle expose sans fard des faits dont ne parlait pas - et qu'on écrivait encore moins ! - en ces années où le rock n'était pas encore inventé.  Le tout avec une qualité de narration étonnante, un sens de l'humour permanent, et une qualité de dramaturgie formidable.

Résultat : un scandale national. Puis, aussi vite, un succès incroyable, monstrueux. Plus d'un an en tête des ventes, Peyton Place est le premier vrai best-seller de l'histoire. Huit millions d'exemplaires, le roman explose les records d'Autant en emporte le vent ! Et dans la foulée, le film est adapté au cinéma (un mauvais film,mais avec Lana Turner).

*

272913-peytonplace00003bis4

*

Puis, en 1964, une adaptation télévisée démarre, sous la forme d'un "feuilleton", comme on disait alors, à raison de trois épisodes par semaine (!) durant cinq ans. Plus de 500 épisodes suivis par des dizaines de millions d'américains, avec comme jeunes premiers débutants... Mia Farrox et Ryan O'Neal !

*

ryan_oneal_peyton_place    haircut

*

Mais, terrible injustice, Grace Metalious n'assistera pas au triomphe de la "mère" des séries américaines. Elle mourra six mois avant son démarrage, à 39 ans, d'une cirrhose du foie : incapable de supporter l'invraisemblable succès de son livre, la jeune femme était devenu alcoolique...

Incroyable histoire, non ? Et pourtant, elle n'est qu'à l'image de ce roman, que vous devez absolument acheter et lire, avant de l'offrir. Car, malgré ses quelques défauts stylistiques (mais quelle qualité de langage parlé !), c'est une oeuvre qui a profondément marqué son époque.

Et puis, surtout, surtout, nous avons affaire à un Tourne Page comme on n'en fait plus, ma bonne dame ! Au moins deux nuits blanches garanties !

Acheter sur Amazon

Du même auteur