Avenue des géants

Marc Dugain

Gallimard / Folio

Partager sur :

Le pitch

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s'il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n'était pas supérieur à celui d'Einstein.

Sa vie bascule par hasard le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d'une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l'habite.

Inspiré d'un personnage réel, Avenue des Géants, récit du cheminement intérieur d'un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s'illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam.

Mon avis

Marc Dugain est un des plus grands auteurs français contemporains, même si sa production est curieusement assez inégale, alternant les oeuvres superbes (La chambre des officiers, La malédiction d'Edgar) avec des romans moins achevés (Une exécution ordinaire, la trilogie de L'emprise).

Avec Avenue des géants, nous sommes clairement du côté du meilleur. Pourtant, le pitch ne va peut-être pas vous séduire de prime abord, je peux le comprendre ! Pas très gai, tout ça... et je vous confirme que cette histoire n'est, effectivement, pas gaie du tout.

Mais c'est tout à l'honneur de Dugain de nous immerger, peu à peu, dans ce récit (inspiré d'un personnage réel !) glaçant. Le récit, écrit à la première personne du singulier, dévoile peu à peu l'histoire et la personnalité d'un être a-normal, dans tous les sens du terme. Mais qu'est-ce que l'anormalité ? Par rapport à quels critères, quelles références ?

Entrer dans la cervelle d'un tueur, psychopathe génial, et découvrir ce qu'il y traîne ? C'est bien ce voyage que je vous invite à faire. C'est d'une subtilité rare et, je le précise pour les âmes sensibles, sans aucun effet de manche (pas de scène gore !)

Acheter sur Amazon

Du même auteur