Avril enchanté

Elizabeth von Arnim

10/18

Partager sur :

Le pitch

Deux jeunes Londoniennes, Mrs. Wilkins et Mrs. Arbuthnot, décident, un jour de pluie trop sale et d'autobus trop bondés, de répondre à une petite annonce du Times proposant un château à louer pour le mois d'avril sur la Riviera.

En cachette de leurs maris, elles cassent leurs tirelires et trouvent deux autres partenaires pour partager les frais du séjour : l'aristocratique et très belle Lady Caroline Dester, qui veut fuir ses trop nombreux soupirants, et la vieille Mrs. Fisher, à la recherche d'un lieu paisible.

Mon avis

Avril enchanté : joli titre, non ? Un poil trop mièvre, au premier abord, mais un titre qui, comme le roman lui-même, cache bien son jeu !

Un fell good book venu du fond des âges, cela vous dit ? En tout cas, je ne pensais pas qu'un récit publié en 1922 pouvait correspondre si bien à cette typologie de roman, inventé trois quart de siècles plus tard.

Merci une nouvelle fois à la collection 10/18 de remettre en lumière des romans anglo-saxons qui ont eu, en leur temps, énormément de succès, avant de passer un peu à la trappe du temps qui passe.

Paradoxe : Avril enchanté est un roman terriblement britannique, écrit par Elizabeth von Arnim, une anglaise qui, une fois adulte, a passé la majeure partie de sa vie à l'étranger (Allemagne, Suisse, France, Etats-Unis où elle terminera sa vie).

Une sacré cocotte qui a, entre autres fait d'arme, été la femme d'un aristocrate prussien avec qui elle a eu cinq enfants, la maîtresse d' H.G. Wells (liaison tapageuse), puis l'épouse en seconde noce d'un lord anglais !

Un roman terriblement britannique, car on y retrouve cet humour unique qui permet à nos amis d'outre-manche de se moquer d'eux-mêmes et de leurs conventions sociales avec un plaisir ravageur et communicatif.

Les premiers chapitres débutent comme ceux d'un petit roman léger pour l'été (voir le pitch).

Mais une fois les quatre héroïnes de l'histoire, qui ne se sont jamais rencontrées avant, installées dans la magnifique propriété louée en Italie, le ton va déraper légèrement, très légèrement, avec une très grande subtilité, et rien ne va se passer comme le lecteur s'y attendait.

Bien entendu, les quatre dames du meilleur monde au caractère si différent vont se heurter au début, dans une cohabitation forcée; mais, au fil des pages va dessiner une autre voie, tout à fait inattendue, où chacune, au contact des autres, va progressivement évoluer, changer, regarder le monde d'un œil différent.

Parsemé de personnages hauts en couleur (la vieille Mrs Fischer est gratinée), Avril enchantée n'hésite pas à aller avec subtilité à contre-courant des conventions de l'époque (rappelons que nous sommes en 1922).

Un exemple ? La jeune et splendide Lady Caroline Dester est une invention littéraire géniale : une femme tellement, tellement belle, tellement parfaite esthétiquement que les femmes, tout autant que les hommes, incapables d'aller au delà des apparences, ne parviennent pas à percevoir ses sentiments et sa véritable personnalité... à son plus grand désespoir !

Bref : après pas loin de 400 pages de petites surprises, de romance mais surtout d'amitié, j'ai refermé le livre avec un sourire léger sur les lèvres, parfaitement détendu et admiratif devant le talent de l'auteure, capable de donner à ses lecteurs une foi en l'existence que souhaiterait sans doute partager la plupart beaucoup de monde.

Un roman parfait pour une lecture sous la couette ou dans un transat, surtout si on aime le charme des paysages de l'Italie, amoureusement dépeints par l'auteure.

 

Acheter sur Amazon

Du même auteur