Les diaboliques

(Celle qui n'était plus)

Boileau-Narcejac

Denoël / Foliopolicier

Partager sur :

Le pitch

Fernand Ravinel, petit représentant de commerce, souhaite se débarrasser de sa femme afin de pouvoir vivre avec sa maîtresse.

Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Après qu'il l'ait droguée, puis noyée dans la baignoire et déposée dans un lavoir pour accréditer la thèse de l'accident, son corps disparaît. Pris dans un tourbillon d'angoisse, hanté par la peur et la solitude, Fernand s'égare peu à peu.

Adapté au cinéma par Henri-Georges Clouzot, sous le nom des Diaboliques, avec Simone Signoret, Paul Meurisse, Véra Clouzot. Inoubliable.

Mon avis

Je n'irais pas par quatre chemin : il est temps de réhabiliter Boileau-Narcejac, cet auteur fictif formé de deux professionnels qui avaient découvert qu'ils écrivaient à quatre mains avec bonheur.

Stars absolus du roman policier jusque dans les années 80, en France mais aussi à l'étranger, plusieurs de leurs romans étant porté à l'écran par les plus réalisateurs, ils ont bizarrement en partie sombré dans un semi-oubli depuis leur mort. Alors, je dis : halte !

Ceux qui n'était plus est le titre original de ce roman au scénario véritablement "diabolique", devenu une référence grâce au film de Clouzot, réalisateur au cinéma d'adaptation parfaitement réussie.

Plongez-vous dans ce récit sec comme un coup de trique, 180 pages tout juste, du noir de chez noir un peu à la manière de Jim Thomson. Les auteurs vous prennent en otage dès la première page et ne vous lâchent plus jusqu'à la fin, pour un des switchs les plus célèbres du roman policier (et que je m'empresserais de ne pas vous révéler, ça serait franchement dégueulasse de ma part !).

Énormément de dialogues naturalistes, une atmosphère vintage formidable (le roman, on le sent, a été écrit dans la France qui sort de la seconde guerre mondiale) : il n'y a rien à jeter.

Conclusion : bougez-vous, mes amis, ceci est un Tourne Page formidable, une référence !

Acheter sur Amazon

Du même auteur