L’ombre de Gray Mountain

John Grisham

JCLattès

Partager sur :

Le pitch

New York 2008. La carrière de Samantha Kofer dans un grand cabinet d'avocats de Wall Street est sur des rails dorés...

Mais la récession frappe soudain. La jeune femme se retrouve du jour au lendemain limogée. Elle accepte de travailler gratuitement pendant un an dans un centre d'aide juridique, en échange elle pourra peut-être réintégrer sa place au cabinet.

En quelques jours, Samantha s'installe à Brady, en Virginie, une bourgade de deux mille deux cents âmes au coeur des Appalaches, un recoin du monde où elle n'aurait jamais pensé mettre les pieds.

Mon avis

La plongée dans un nouveau roman de John Grisham est, pour ses fans (dont je suis), toujours un plaisir anticipé. Aussi est-ce avec de forts grincements de dents que, parfois, au fil des pages, découvrent-ils que leur attente n'est, pour une fois, pas récompensée. C'est malheureusement le cas pour L'ombre de Grey mountain...

Le thème de départ est pourtant séduisant : la plongée d'une avocate au top à New York dans la réalité "trou du cul du monde". Mais ce qui intéresse Grisham, en fait, c'est de développer le dossier qu'il a constitué sur le scandale des l'exploitation des mines de charbon dans les Appalaches, un véritable désastre écologique.

Mais autant il avait réussi, par le passé, à passionner ses lecteurs sur d'autres scandales majeurs (le tabac, la pollution des eaux, par ex) grâce à ses thrillers juridiques, autant, ici, c'est raté. Intrigue artificielle plaquée sur un acte militant, on n'y croit pas une seconde. Quant aux personnages, pour une fois (c'est rarissime chez Grisham), ils n'ont aucune consistance.

Un des plus mauvais romans de l'auteur, allez piocher plutôt ailleurs dans sa production, où vous trouverez quelques perles de thrillers juridiques.

Acheter sur Amazon

Du même auteur