Soudain l’été dernier

Tenessee Williams

10 / 18

Partager sur :

Le pitch

De quel secret Catherine semble-t-elle prisonnière, depuis ce terrible drame de l'été dernier ? Et pourquoi sa tante veut-elle à tout prix s'assurer de son silence ?

Au cœur d'une famille dévorée par la folie, les tabous et la rage, les personnages de Tennessee Williams se débattent jusqu'au vertige, allant chercher dans la haine la vérité de l'amour.

" Nous sommes tous des enfants, dans une immense école maternelle, où nous essayons d'épeler le nom de Dieu avec des cubes marqués d'un alphabet qui ne convient pas ! "  Tennessee Williams

Mon avis

Lire les pièces de Tenessee Williams, lorsqu'on a vu, apprécié (parfois adoré) leur adaptation au cinéma, est-ce que cela a un sens ?

C'est une vraie question car, de tous les grands dramaturges américains, c'est bien lui dont l'oeuvre est la mieux mise en valeur, je dirais même magnifiée par ce support. Un tramway nommé désir, Une chatte sur un toit brûlant, La ménagerie de verre, La nuit de l'iguane... et Soudain l'été dernier.

Le succès de ses adaptations est sans doute dû essentiellement au fait qu'elles ont été réalisées par d'immenses metteurs en scène (Elia Kazan, Richard Brooks, Joseph Mankiewicz, John Huston), et interprétés par les plus grands acteurs et actrices de leur génération (Marlon Brando, Vivian Leigh, Elisabeth Taylor, Paul Newman, Ava Gardner, Katharine Hepburn, n'en jetez plus !), mais ce n'est pas la seule.

Dans le théâtre de Williams, il y a avant tout des ambiances, et elles ne peuvent être qu'amplifiées, sublimées par le cinéma. Et dans son théâtre, il y a énormément de non-dit, de "sous-texte", que le cinéma permet de traduire en image.

Soudain l'été dernier est sans doute la pièce où le "gain" du passage à l'écran est le plus manifeste. Parce qu'il y a Mankiewicz au script et à la réalisation (le plus grand pour moi !), mais aussi Katharine Hepburn pour interpréter la terrifiante Madame Venable, et Elisabeth Taylor pour jouer Catherine.

Vous comprendrez donc mon premier conseil : s'il vous ne l'avez jamais vu, précipitez-vous sur ce chef d'oeuvre de 1959 !

*

18835174

*

Mais si le film est si formidable, c'est aussi, surtout, parce qu'il y a un texte derrière. Plus courte et moins "verbeuse" que la plupart de succès de Tenessee Williams, Soudain l'été dernier (quel titre superbe !) est un exercice intellectuel d'une cruauté sans nom dont le lecteur ne peut sortir intact.

On y retrouve tous les thèmes de prédilection de l'auteur, à commencer par l'homosexualité et son corollaire, l'homophobie, mais aussi la violence et la sensualité du sud qui, lorsque les deux sont mêlés, parlent de sexualité comme on ne le faisait jamais à l'époque.

Et la folie, thème essentiel de la pièce. Qu'est-ce que la folie ? Et qui doit être considéré comme fou ?

Comme toujours, les indications de mise en scène (les fameuses "didascalies") de Williams envahissent le texte de la pièce. On comprend pourquoi ses textes font de merveilleux films : son écriture est terriblement cinématographique ! La description du premier tableau, ce jardin tropical, est remarquable : on le retrouvera tel quel, dans la dernière scène du film.

*

suddenly-last-summer-1300x605

*

Ceci est mon second conseil : lisez la pièce avant de regarder le film ! Recommandé.

Acheter sur Amazon

Du même auteur