99 francs (5.90 €)

Frédéric Beigbeder

Grasset / Livre de poche

Partager sur :

Le pitch

Octave est le maître du monde. Octave exerce en effet la profession lucrative de rédacteur publicitaire : il décide aujourd'hui ce que vous allez vouloir demain.

Octave est un mort-vivant, couvert d'argent, de filles et de cocaïne. Un jour, il se rebelle. Le doué Octave déjante. La cliente idéale ? « Une mongolienne de moins de cinquante ans. » Les nababs de la publicité ? « Ils mènent la troisième guerre mondiale. »

De l'île de la Jatte où négocient les patrons d'agence à Miami où l'on tourne un spot sous amphétamines, d'un séminaire en Afrique à Saint-Germain-des-Prés, de l'enfer du sexe à la pureté perdue, Frédéric Beigbeder, entre fiction et pamphlet, écrit la confession d'un enfant du millénaire.

En riant, il dénonce le mercantilisme universel.

En quelque sorte, un livre moral. Pour 99 francs, seulement.

Mon avis

Ne vous laissez pas impressionner et influencer par ceux qui chuchoteront à votre oreille : "surtout, ne lis pas Beigbeder, c'est nul, superficiel, et 99 francs c'est en plus vulgaire, trash, inutilement provocateur !".

Car, justement, 99 francs mérite vraiment le détour !

Le roman est vraiment vulgaire, trash, provocateur, mais c'est volontaire, cela part d'une démarche cohérente, assumée de l'auteur.

Et le résultat est tout sauf nul : il y a plus de formules de style et d'idées dans ce bouquin que dans toute la rentrée littéraire 2015/2016/2017 (rayez la mention inutile) !

99 francs (à propos, je refuse de souscrire à l'idée effroyable de traduire le titre en euros !), c'est le Beigbeder du début, celui qui, avant qu'il ne se noie définitivement dans son propre nombril et dans la facilité.

Il parvient à surprendre le lecteur au moins deux ou trois fois par page, avec son cynisme insensé et son sens de la formule qui donne parfois l'impression de découvrir le petit fils de Sacha Guitry (sous ecstasy...).

On rit, on râle, on s'étonne, on proteste, mais on vit le livre : n'est-ce pas le propre d'un roman intéressant ?

La première partie du livre est franchement une réussite, l'analyse de notre société de consommation est celle d'un professionnel embedded, plongé jusqu'au cou dans le marketing et la publicité.

La seconde est beaucoup trop influencée par la lecture d'American psycho, et Beigbeder n'est pas Brett Easton Ellis, loin de là...

Allez-y, tentez votre chance : je ne vous garantie pas que vous sortirez ravi de ce petit bouquin, mais je suis par contre certain que vous vous en rappellerez !

Parfait pour un voyage en train ou en avion.

Acheter sur Amazon

Du même auteur