La part de l’autre

Eric-Emmanuel Schmitt

Albin Michel

Partager sur :

Le pitch

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ?

Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ?

Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde... «

Mon avis

Non, ne fuyez pas, ne vous laissez pas intimider par le pitch !. Non, ce n'est pas une fausse bonne idée d'imaginer, dans une forme d'uchronie, ce que serait devenu Hitler (et le monde l'entourant) si sa vie s'était déroulée autrement et que ses ambitions artistiques avaient été exaucées. Non, ce n'est pas dangereux de jouer avec un sujet aussi dangereux !

Eric-Emmanuel Schmitt alterne deux récits, le premier suivant l'homme "réel" et le second "l'autre"; cet homme différend qui, grâce à l'intervention psychanalytique de Freud, a été libéré, jeune, de ses névroses, et qui peut donc vivre "autrement".

Attention: nulle tentative d'oeuvre moraliste, écrite avec de gros sabots (si je puis me permettre cette figure de style digne du maire de Champignac dans Spirou !). Juste une réflexion, à plusieurs niveaux, sur le destin, l'histoire et l'art, évoquée avec une ampleur étonnante.

Car dans ce roman (de loin son oeuvre la plus intéressante, théâtre mis à part), Eric-Emmanuel Schmitt étale tout son talent d'auteur. Un talent très impressionnant, trop souvent gâché par une production démentielle en quantité, et parfois par un manque d'exigence à l'égard de lui-même.

J'ai adoré ce récit d'une intelligence rare, facile à lire, et qui a le mérite insigne de mettre beaucoup de choses en perspective. Un roman qui vous pousse à réfléchir, pas mal non ?

Acheter sur Amazon

Du même auteur