Les enfants d’Icare

Arthur C. Clarke

J'ai lu

Partager sur :

Le pitch

Ils sont apparus sans crier gare, leurs immenses vaisseaux flottant au-dessus des plus grandes capitales mondiales.

Les Suzerains, des extraterrestres infiniment plus avancés, et qui affirment être là pour le bien de l’humanité. Et effectivement, même s’ils refusent pour le moment de se montrer, tout ce qu’ils font pour la Terre s’avère bénéfique : désarmement général, éradication des maladies, de la faim et de la misère.

Pourtant... ne faudrait-il pas se méfier de ces mystérieux bienfaiteurs ? Et se demander quelles sont leurs véritables intentions quant à l’avenir de l’espèce humaine ?

Mon avis

Arthur C. Clarke, disparu il y a dix ans,  était né en décembre 1917. On a donc fêté récemment le centenaire de sa naissance. Comme le temps passe...

Cet auteur, grand journaliste scientifique par ailleurs, passionné d'astronomie et de plongée sous-marine, fut longtemps considéré comme le leader du mouvement Hard science, cette branche de la SF où les auteurs privilégient la spéculation scientifique à la prospective historique ou sociale.

Pourtant, en relisant Les enfants d'Icare, un des nombreux grands titres de Clarke, j'ai été frappé, non par la part du récit accordée à l'évolution scientifique, mais bien par sa dimension métaphysique !

La première moitié du roman raconte la confrontation entre une race d’envahisseurs extra-terrestres débarquant sur Terre, et une humanité démunie, paralysée devant une civilisation infiniment plus évoluée que la sienne.

Cette partie a forcément vieillie... tant les images peintes par Clarke dans ce roman publié en 1954 (en pleine guerre froide) ont été depuis reprises, recyclées, pillées littéralement par d'autres auteurs, et surtout par le cinéma (que seraient aujourd'hui Indépendance day ou la série V sans Les enfants d'Icare ?!).

Mais amis lecteurs, soyez patients, et poursuivez votre lecture !

Vous découvrirez ainsi, par exemple, la description saisissante du tsunami de 2004 (on parlait en 1954 de mascaret !), exactement un demi-siècle avant qu'il n'advienne réellement!

Mais vous serez surtout saisi - surtout si vous vous êtes déjà posé une ou deux questions sur la place de l'homme dans l'univers et la raison de son existence ! - par les derniers chapitres du roman, avec une ouverture sur un questionnement métaphysique qui m'a donné le frisson.

Les enfants d'Icare ? Carrément bien plus subtil que 2001, l'odyssée de l'espace !

Acheter sur Amazon

Du même auteur