Les meilleures ventes de livres du 22 au 28 juin 2020

Posté le 3 juillet 2020, par letournepage, dans Les meilleures ventes

L’esprit de l’été souffle sur le marché du livre et lui permet – enfin ! – de retrouver un brin d’optimisme.

L’événement du moment c’est de retrouver, en compagnie des best sellers habituels (Joël Dicker, Guillaume Musso, Virginie Grimaldi) quelques ouvrages composés par des auteurs non professionnels.

Ainsi, Cyril Lignac place pour la première fois un livre de cuisine !

Autre exemple : la chanteuse Olivia Ruiz, avec un livre inspiré des origines espagnoles de sa famille.

.

L’événement : un livre de cuisine en tête des ventes !

– Cliquez sur la couverture des livres pour accéder

à la page Amazon et acheter l’ouvrage –

Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur lui permet de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

*

1.


Fait maison - numéro 1 Par Cyril Lignac

Fait maison n° 1 – Cyril Lignac

La Martinière – 112 pages – 12.90 €

Le cuisinier vedette décline sous forme de livre une émission qui a cartonné durant le confinement, et ça cartonne : plus de 110 000 exemplaires en trois semaines.

Annoncé comme le premier d’une série. Vu le succès, on peut être certain qu’il y en aura beaucoup d’autres à venir !

Le pitch :  Envie d’une cuisine maison savoureuse et rapide ?

En direct de sa cuisine, Cyril Lignac te propose 45 recettes salées et/ou sucrées pour mettre un peu de peps dans ton quotidien.

2.


L'Énigme de la Chambre 622

L’Énigme de la Chambre 622 – Joël Dicker

Editions de Fallois – 576 pages – 23.00 €

Joël Dicker perd en cinquième semaine sa première place, mais le chiffre des ventes depuis sa sortie est absolument saisissant : 325 000 exemplaires.

De loi, pour l’instant, le plus grand succès de l’année.

Le pitch : Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais. Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire. Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

Avec la précision d’un maître horloger suisse, Joël Dicker nous emmène enfin au cœur de sa ville natale au fil de ce roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousies, dans une Suisse pas si tranquille que ça.

3.


La vie mensongère des adultes

La vie mensongère des adultes – Elena Ferrante

Gallimard – 416 pages – 22.90 €

Avec son nouveau roman, l’auteur de l’excellente quadrilogie de L’amie prodigieuse retrouve un public fidèle.

75 000 exemplaires en trois semaines : brillant !

Le pitch : « Deux ans avant qu’il ne quitte la maison, mon père dit à ma mère que j’étais très laide ». Giovanna, fi lle unique d’un couple de professeurs, vit une enfance heureuse dans les hauteurs de Naples. L’année de ses douze ans, elle surprend une conversation dans laquelle son père la compare à Vittoria, une tante à la réputation maléfi que. Bouleversée par ce rapprochement aussi dévalorisant qu’inattendu, Giovanna va chercher à en savoir plus sur cette femme.

En fouillant l’appartement, elle déniche de rares photos de jeunesse sur lesquelles son père se tient aux côtés d’une personne mystérieusement recouverte de feutre noir. Elle décide alors d’aller à la rencontre de cette Zia Vittoria habitant les quartiers pauvres de Naples. Dans cette partie de la ville qui lui était inconnue, l’adolescente découvre un autre univers social, une façon d’être plus spontanée. Incitée par sa tante à ouvrir les yeux sur les mensonges et les hypocrisies qui régissent la vie de ses parents, elle voit bientôt tout le vernis du monde des adultes se craqueler. Entre grandes espérances et cuisantes désillusions, Giovanna cherche sa voie en explorant les deux visages de la ville, comme deux aspects de son identité qu’elle tente de concilier.

4.


La vie est un roman – Guillaume Musso

Calmann Levy – 304 pages – 21.90 €

Le dernier Musso, lancé avec un budget marketing considérable.

Malgré des premières critiques très mitigées, le titre dépasse les 200 000 exemplaires en cinq semaines.

Le pitch : « Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. »

Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. La porte et les fenêtres de l’appartement étaient closes, les caméras de ce vieil immeuble new-yorkais ne montrent pas d’intrusion. L’enquête de police n’a rien donné.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au cœur broyé se terre dans une maison délabrée. Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer.

5.


Quand nos souvenirs viendront danser

Quand nos souvenirs viendront danser – Virginie Grimaldi

Le livre de poche – 528 pages – 22.90 €

Et hop ! Revoilà la livraison annuelle poche de Virginie Grimaldi, pile-poli pour les vacances.

La reine du feel good book français a toujours beaucoup de fidèles…

Le pitch : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue.

Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »

À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

6.


Et que ne durent que les moments doux

Et que ne durent que les moments doux – Virginie Grimaldi

Fayard – 360 pages – 18.50 €

Et hop ! Voilà aussi la livraison annuelle du nouveau VG, la reine du FGB !

L’allitération du titre est absolument odieux à l’oreille et la couverture absolument hideuse, mais bon…

Le pitch : L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.

L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.

L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Avec une infinie justesse et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi déroule le fil de leur existence et nous invite à partager leurs joies et leurs angoisses, mais aussi les souvenirs, les rêves et les espoirs.

7.


La Vie secrète des écrivains

La vie secrète des écrivains – Guillaume Musso 

Le livre de poche – 384 pages – 8.80 €

Coup double pour Guillaume Musso : quatre mois après sa sortie en format poche, La vie secrète des écrivains continue à se vendre régulièrement.

On s’approche peu à peu de l’objectif de 300 000 exemplaires

Le pitch : Après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Vingt ans après, alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste, débarque sur l’île, bien décidée à percer son secret. Commence entre eux un dangereux face-à-face, où se heurtent vérités et mensonges, où se frôlent l’amour et la peur…

8.


La commode aux tiroirs de couleurs

La commode aux tiroirs de couleurs – Olivia Ruiz

Pocket – 408 pages – 7.60 €

La chanteuse aux origines espagnoles se lance dans le roman, avec un titre plutôt réussi et une inspiration autobiographique. Bienvenue chez les auteurs à succès.

Le pitch : À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

La commode aux tiroirs de couleurs signe l’entrée en littérature d’Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies  familiales et tourments de l’Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l’exil.

9.


Le Flambeur de la Caspienne

Le Flambeur de la Caspienne – Jean-Christophe Rufin

Flammarion – 336 pages – 19.50 €

Le diplomate écrivain le plus aimé des français(e)s remet ça avec le consul Aurel Timescu. Faut aimer.

Le pitch : Le pays : un rêve… Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. A la terrasse de cafés d’allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux. L’ambassade : un cauchemar… Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d’Aurel. Le fantôme de sa femme, récemment victime d’un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l’ambassade. Et l’équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon.

Il n’en faut pas plus pour qu’Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Basée sur de fragiles intuitions, elle prendra, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l’ampleur d’une affaire d’Etat. Cette fois, Aurel ne lutte pas seulement pour faire triompher la justice. Il se bat pour une cause nouvelle et inattendue : rester là où il est et connaître enfin le bonheur.

10.


Avant que j'oublie

Avant que j’oublie – Anne Pauly

Chaoïd – 14 pages – 14.00 €

Le roman d’Anne Pauly a reçu le prix Livre Inter cette année. Un tout petit livre, avec une non-couverture.

Si le style du roman correspond à celui du pitch, sorte de yaourt melba à la limite du compréhensible, cela va se faire sans moi !

Le pitch : Il y a d’un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un « gros déglingo », dit sa fille, un vrai punk avant l’heure. Il y a de l’autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixellisé de feue son épouse ; mon père, dit sa fille, qu’elle seule semble voir sous les apparences du premier.

Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy et un monde anciennement rural et ouvrier. De cette maison, il va bien falloir faire quelque chose à la mort de ce père Janus, colosse fragile à double face. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Que disent d’un père ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d’érable ou de papier hygiénique font office de marque-page ? Même elle, sa fille, la narratrice, peine à déceler une cohérence dans ce chaos.

Et puis, un jour, comme venue du passé, et parlant d’outre-tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

 Le coin cadeau ***Les livres du jour

La vie d’un lecteur***L’actualité des sorties


RappelLe modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur lui permet de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *