Les égouts de Los Angeles

Michael Connelly

Seuil

Partager sur :

Le pitch

Né d'un père inconnu et d'une mère qui se prostituait, l'inspecteur Harry (Hieronimus) Bosch - comme le peintre - voudrait bien oublier la guerre du Vietnam où il nettoyait des galeries souterraines creusées par le Viêt-Cong.

Malheureusement pour lui, l'un de ses anciens collègues, Billy Meadows, a été assassiné dans une canalisation d'écoulement des eaux de pluie d'Hollywood. Le meurtre étant lié à une affaire de braquage, il faudra bien que, secondé et manipulé par la belle Eleanor Wish, agent très spécial du FBI, il affronte à nouveau sa peur.

Mon avis

Les égouts de Los Angeles est un récit fondateur pour Michael Connelly : il s'agit de son premier roman policier (il était auparavant journaliste). Et, forcément, première enquête pour Harry Hieronymus Bosch.

Il faut absolument que vous lisiez ce superbe roman avant les autres, car vous y trouverez à peu près tout ce qui explique la psychologie de Bosch : son enfance difficile, la guerre du Vietnam dont il ne sortira pas intact, avec les traumas liés - notamment - au monde souterrain (cela joue un rôle dans cette histoire).

Tous les amateurs savent que, parmi les éléments qui expliquent qualité des polars de Connelly, c'est l'épaisseur psychologique des personnages principaux qui vient en premier. Harry Bosch est, au fil d'une vingtaine d'intrigues, probablement devenu le héros le plus complexe et le plus complet de la littérature policière.

Un autre élément majeur des polars de Connelly, c'est la toile de fond et, dans la majeure partie des cas, plus particulièrement Los Angeles. Il est fascinant de voir à quel point l'auteur aime cette ville, qui parait pourtant tellement détestable pour un français...

Tout cela avec une intrigue qui tient vraiment la route. Recommandé !

Acheter sur Amazon

Du même auteur