Olympes de Gouges

Catel & Bocquet

Casterman écritures

Partager sur :

Le pitch

Mariée et mère à 18 ans, veuve aussitôt après, Marie Gouze décide ensuite de vivre librement. Elle se fera désormais appeler Olympe de Gouges.

Femme de lettres, fille des Lumières, libertine et républicaine, Olympe a côtoyé la plupart de ceux qui ont laissé leur nom dans les livres d'histoire au chapitre de la Révolution : Voltaire, Rousseau, Mirabeau, La Fayette, Benjamin Franklin, Philippe Egalité, Condorcet, Théroigne de Méricourt, Desmoulins, Marat, Robespierre...

En 1791, quand elle rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Olympe demande l'égalité entre les sexes et le droit de vote ; des propositions qui resteront révolutionnaires jusqu'au XXe siècle.

Mon avis

Olympes de Gouge, c'est le deuxième volet de la trilogie biographique de Catel Muler (dîtes Catel) et José-Louis Bocquet. Paru en 2012, cette bio graphique fait suite au succès (commercial et d'estime) de Kiki de Montparnasse en 2007.

Compte tenu de l'accueil également chaleureux de la critique et des lecteurs pour une oeuvre pourtant a priori peu "grand public", elle sera suivie en 2016 par celle consacrée à Joséphine Baker, qui finira de consacrer le couple d'auteurs.

A chaque fois, l'entreprise représente plus de 400 pages illustrées par une femme pour raconter, en prenant son temps, la vie d'une figure du féminisme.

Des trois figures évoquées plus haut, Olympe de Gouges est certainement la moins connue, mais peut-être la plus intéressante.

*

Olympe de Gouges

Portrait d'époque

*

Imaginez : cette femme née à l'exact milieu du siècle des lumières fait preuve, dès ses vertes années, d'une curiosité intellectuelle, d'une indépendance d'esprit et d'une absence totale de préjugés (y compris sur le plan de la moralité) tout à fait extraordinaire pour un homme de son époque... alors, vous pensez, pour une femme !

Dès sa prime jeunesse, son premier cheval de bataille est lutte contre l'esclavage; rapidement, elle lutte pour les droits de la femme (qui n'en a, alors, strictement aucun), certains ne devant être acquis - comme le droit de vote - qu'un siècle et demi plus tard !

Olympe de Gouges

Par la suite, avec la montée des revendications du peuple et les tourments de la révolution, elle s'implique, avec un courage stupéfiant dans tous les débats politiques, sans jamais choisir un camp - par principe ! - mais en n’hésitant jamais à prendre des risques personnels souvent excessifs...

Ce courage, souvent à la limite de l'inconscience, elle finira par le payer de sa vie (comme d'autres beaucoup moins courageux !).

Parallèlement à ce combat pour les libertés, Olympes de Gouges écrit.

Avant tout dramaturge, elle réussit - incroyable ! - à imposer sa plume à la Comédie française, contre vents et marées.

Olympe de Gouges

Plus tard, sa plume servira sa cause au travers des multiples "adresses" qu'elle fera imprimer et afficher sur les murs de Paris, là aussi à ses risques et péril.

Le roman graphique de Catel & Bocquet est foisonnant, tout autant que le fut la vie de leur héroïne.

Cela donne un récit dense, bourré de dialogues, auquel vous devrez consacrer plusieurs heures pour en atteindre la (triste) fin.

*

Olympe de Gouges

*

J'avoue avoir été, jusque là, totalement ignorant du destin de cette femme hors du commun que j'ai découvert, souvent fasciné par sa personnalité.

Il faut cependant prévenir les lecteurs que le déluge de personnages et l'abondance (et parfois l'abus) de détails risquent d'en désarçonner plus d'un (de lecteur).

Soyons clair : même avec le très abondant cahier documentaire final (80 pages) placé à la fin du volume présentant la biographie (détaillée) de l'héroïne, de la période, puis de tous les personnages principaux, le roman nécessite une bonne culture générale littéraire et historique préalable pour être savouré à sa juste valeur.

*

Olympe de Gouges

*

Et si le dessin de Catel, immédiatement reconnaissable avec cette habile mise en valeur des encrés par un noir et blanc très contrasté, va très bien avec le sujet, si vif, j'ai tout de même regretté l'abus de plan resserrés, favorisant systématiquement le dialogue au détriment du contexte historique (à l'exception de quelques planches durant la révolution).*

Quoiqu'il en soit, je tiens à saluer l'entreprise courageuse, sympathique et pédagogique.

Il faudrait plus d'un couple Catel & Bocquet sur la place parisienne !

Acheter sur Amazon

Du même auteur