Les titres de livres complètement étranges ou stupides

Posté le 3 juin 2022, par letournepage, dans La vie d'un lecteur

Mon chien stupide

.

Parfois, la vie de lecteur compulsif vous amène à affronter des situations imprévisibles.

Un de ces moments étranges consiste à vous retrouver face à un livre dont le titre vous blesse la rétine et le processus cognitif.

Un titre qui ne veut rien dire ou, pire, qui veut dire quelque chose d’insane, d’insensé.

Un titre composé de mots qui ne vont pas ensemble.

Un exemple tout bête ?

*

Comment voyager avec un saumon

Comment voyager avec un saumon – Umberto Eco

Le livre de poche – 283 pages – 6.90 €*

Vous voyez ce que je veux dire ? On ne voyage pas avec un saumon ! On peut se nourrir, préparer un repas, se régaler ou – pourquoi pas ? – se soigner avec un saumon, mais on ne voyage pas avec !

Et pourtant, ce traité mi-sérieux, mi-loufoque a été rédigé par Umberto Eco, qui n’était pas la moitié d’un imbécile, je peux vous l’assurer ! Le titre a donc été choisi ici par l’auteur pour vous choquer, surprendre, interpeller, faire rire le lecteur. Le titre est donc volontairement loufoque, déjanté.

Ceci constitue la première catégorie de livres dont je vais parler dans cet article : les livres au titre volontairement loufoque.

Plus loin, si vous poursuivez cette lecture, vous pourrez découvrir une deuxième section consacrée aux titre involontairement débiles. Ou, du moins, dont une première analyse laisse à penser qu’ils le sont. Involontairement débiles. Ce sont les plus intéressants d’un point de vue sémiologique, bien entendu, mais ils sont aussi plutôt drôles.

Enfin, dans une troisième section, je vous parlerai de la crème de la crème : les livres (pour la plupart, des essais) dont le titre absolument débile et absurde n’est que le reflet du sujet – débile – dont il traite !

Attention : cette compilation est ouverte aux suggestions, ajouts, apports de votre part ! Vous avez certainement dans votre panthéon personnel de lecteur quelques exemples particulièrement gratinés : n’hésitez pas à me les communiquer, les meilleurs seront ajoutés à la liste !

*

Titres de livres : le  grand n’importe quoi

– Cliquez sur la couverture du livre pour accéder à la page Amazon afin de l’acquérir,

ou sur le lien « Lire la suite » pour accéder à la critique complète du livre  –

Rappel : le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifiés sur le site.


Les titres de livres volontairement loufoques et déjantés


Tiens, et si on commençait par quelques romans très célèbres, qui se sont fait connaître du grand public justement par leur titre bizarre, bizarre ?

Voilà un bon exemple :

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire – J. Jonasson

Pocket – 512 pages – 8.40 €*

Titre qui fait tilt dans la tête du passant, visuel couverture aussi bizarre, limite dérangeante…

Opération marketing réussie !

Après ce succès à l’aube des années 2010, les romans avec un titre à rallonge vont se multiplier.

=> Lire ma critique du livre


L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé

dans une armoire IkeaRomain Puértolas

Le dilettante/Le livre de poche – 312 pages – 7.90 €*

Même technique que pour le précédent : un titre (vraiment à rallonge) et des mots qui, a priori, ne vont pas ensemble.

Sanction du marché : idem, un vrai carton !


Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

10/18 – 416 pages – 8.80 €

Un titre à rallonge ET qui ne veut rien dire ?

Pourtant, un contenu fort sérieux et un énorme succès de librairie !


Pourquoi j'ai mangé mon père

Pourquoi j’ai mangé mon père – Roy Lewis

Pocket – 192 pages – 4.95 €*

Avant-dernier exemple de titre ayant rendu célèbre un livre : ce roman préhistorique sera un carton tout autour du monde, adapté au cinéma…

Et en plus, contrairement aux deux livres précédents, c’est vraiment un très, très bon roman !…

=> Lire ma critique du livre


Autobiographie d'une courgette

Autobiographie d’une courgette – Gilles Paris

J’ai lu – 254 pages – 5.80 €

Allez : une petite dernière pour la route, avec le sens de la formule et une couverture intrigante pour un roman sur l’enfance difficile qui ne manque pas de qualité.

L’ouvrage a même été adapté au cinéma. Vous pouvez tenter votre chance…

=> Lire ma critique du livre


Des chaussures pleines de vodka chaude

Des chaussures pleines de vodka chaude – Zakhar Prilepine

Actes Sud – 192 pages – 7.50 €*

C’est russe, pas de doute. Au delà de cette constatation, que dire, si ce n’est reproduire une partie du pitch de l’éditeur :

« Dans ces onze nouvelles où il est question de voitures déglinguées, de chien qu’on s’apprête à manger bravement, de filles délurées, de patrouilles en Tchétchénie, d’amour, d’amitié, de trahison, Zakhar Prilepine passe sans crier gare du comique au tragique pour dresser le portrait des jeunes paumés de la Russie de Poutine. »

Voilà. Vous avez tout compris.


La vie secrète des crottes de nez

La vie secrète des crottes de nez – Mariona T. Sisyeré

Rue du monde – 32 pages – 16.50 €*

Un titre au sens profond, à n’en pas douter (surtout si le doigt est long !).

Difficile de ne pas éclater de rire à sa lecture.

Et pourtant ce livre pour les enfants à une vocation pédagogique, puisqu’il entend leur expliquer comment fonctionne tout ça (le nez, le mucus,etc.)


Les fourmis ont-elles un trou du cul ?

Les fourmis ont-elles un trou du cul ? et 101 autres questions

délicieusement ridicules – Jon Butler

Micro application – 198 pages – 8.00 €

Un titre plutôt percutant, n’est-ce pas ?

Et pourtant, la lecture du pitch permet de valider la démarche parfaitement sérieuse de ce recueil d’humour typiquement anglais !


La vie sexuelle des super-héros

La vie sexuelle des super-héros – Marco Mancassola

Folio – 608 pages – 9.70 €

Titre loufoque et couverture n’importe nawak, certes. De quoi décourager n’importe quelques lecteurs, même bien intentionnés…

Dommage, car pourtant, le bouquin est surprenant et bien plus consistant qu’il ne le parait de prime abord.

Comme l’écrit Gallimard par ailleurs, de manière un peu plus judicieuse : Vaste fresque post-11 Septembre, le roman de Marco Mancassola est le récit mélancolique et crépusculaire de la fin d’un monde, celui des super-héros, et de celle d’une civilisation, incarnée pendant des décennies par les Etats-Unis. Une civilisation qui est aussi la nôtre. 

On ne saurait mieux dire !


Le Fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steack haché

Le Fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steack haché

David Safier

Pocket – 384 pages – 7.70 €

Dans le style : plus le titre est long et intriguant, plus je risque d’attirer des lecteurs, le roman de David Safier se positionne idéalement.

Le pitch est dans le même ton; et les critiques plutôt positives !

Lolle, qui n’est plus un veau depuis un moment mais encore trop jeune pour être une peau de vache, surprend Champion, taureau de son cœur, en pleine saillie avec cette garce de Susi. Son cœur et ses trois estomacs en sont retournés. Et tout va naturellement de mal en pis, puisque le fermier a décidé de vendre le troupeau à l’abattoir pour en faire du steak. Lolle a un cœur tendre, mais elle n’a pas vraiment envie de vérifier qu’il en est de même de sa bavette.

Elle décide donc, avec ses joyeux comparses, de s’échapper vers l’Inde, où les vaches, paraît-il, sont sacrées…


Le Sourire contagieux des croissants au beurre

Le Sourire contagieux des croissants au beurre – Camille Andréa

Pocket – 379 pages – 7.10 €

Exemple parfait de titre rigolo conçu pour un livre feel good (avec un fond rose, c’est encore mieux).

On imagine un trop plein d’amour et d’humour. Dans le milieu de la boulangerie, bien entendu…


Les titres de livres involontairement débiles


Pourquoi l'Enfant Cuisait Dans la Polenta ?

Pourquoi l’enfant cuisait dans la polenta ? – Aglaja Varatani

L’esprit des péninsules – 192 pages – 19.00 €*

Je me contenterai de retranscrire ici le commentaire d’un lecteur de ce livre, publié sur les réseaux sociaux. J’espère que cela vous éclairera !

« Un livre tellement étrange. Une souffrance sans autres limites que celles de la nuit étoilée. L’univers familial du cirque, « de générations en générations ». La dictature de Ceaucescu. L’exil rêvé. La mère acrobate suspendue en l’air par sa chevelure. Le père incestueux. Les questions tragiques que l’on peut se poser sur le sens de son existence. « Pourquoi suis-je moi et pourquoi pas toi ? ». Aglaja VETERANYI (1962-2002) sut assembler tout cela en une oeuvre certainement unique dans l’histoire protéiforme de la Littérature. « Tout est affaire de style », bien sûr… L’essence d’une oeuvre n’est-elle pas contenue dans cette façon inimitable de SAVOIR fabriquer sa propre poétique — mûrissant lentement et se dorant telle la polenta qui gonfle ? Publié en Allemagne (München) en 1999 sous le titre « Warum das Kind in der Polenta kocht », et magnifiquement traduit en français en 2004 par Marion Graf. »

NB : l’auteure s’est suicidé en 2002. Du coup, c’est tout de suite moins drôle…


N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures – Paola Pigani

Editions Liana Levi – 224 pages – 9.50 €*

Le pitch parle de la seconde guerre mondiale, de Tziganes…

J’imagine que le titre est le résultat d’une mauvaise traduction !


Le Bonheur pour une orange... n'est pas d'être un abricot.

Le bonheur pour une orange… n’est pas d’être un abricot

Catherine Preljocaj

Favre éditions – 240 pages – 17.00 €*

Eh oui, c’est un livre sur la santé !

Par les fruits, semble-t-il…


Allumer le chat

Allumer le chat – Barbara Constantine

Le livre de poche – 240 pages – 7.10 €*

Après enquête serrée, il apparaît que le terme « allumer le chat » doit-être pris, non pas dans son sens littéral, mais bien dans son sens argotique : « allumer le chat » = « descendre le chat d’un coup de fusil ».

Cela vous rassure un peu ? Non ? Moi non plus !


Siloques, superloques soliloques et interloques de pataphysiques

Siloques, superloques soliloques et interloques de pataphysique 

 Alfred Jarry – Le castor astral – 96 pages – 12.15 €*

Avec un titre pareil, et un tel auteur, pas trop difficile de deviner que nous sommes face à une œuvre et dans une démarche surréaliste !  Un extrait ?

« Pour ménager diverses susceptibilités, nous avions cru nécessaire de ne point révéler le mystère des amours et de la reproduction de l’omnibus. Disons seulement que ce phénomène suit le même processus que la reproduction de certaines plantes, dont le pollen est transporté de l’une à l’autre par les insectes qui ont pénétré dans l’intérieur.

Oui, dussions-nous forcer les « voyageurs » , ainsi nommés par euphémisme, à rougir du rôle peu honorable auxquels ils se prêtent : les omnibus se reproduisent par correspondance. »


On ne peut pas s'étouffer avec des vermicelles

On ne peut pas s’étouffer avec des vermicelles – Serge Pamies

Editions du Rouergue – 140 pages – 5.00 €*

Je laisse la parole au pitch, qui vaut son pesant de cacahuètes :

« Treize récits pour présenter un monde cruel et tendre, lucide et loufoque, où se combinent avec une surprenante facilité le fantastique et le réel, le comique et le tragique. Un monde peuplé de personnages aussi proches du lecteur qu’un séducteur éconduit victime de ses propres pièges, un candidat à un concours télévisé, un sexagénaire amoureux des Ferrari, une plante qui grandit quand on lui ment. Des personnages qui par leur désespoir et leur éphémère allégresse rappellent Charlie Brown, ou les fils postindustriels de Kafka.


On ne boit pas les rats-kangourous

On ne boit pas les rats-kangourous – Estelle Nollet

Albin Michel – 336 pages – 16.00 €

Si le titre est destiné à intriguer le lecteur pour l’inviter à acheter le volume, c’est plutôt raté. Surtout une fois lu le pitch :

« Un hameau perdu en plein désert, deux boutiques, l’épicerie de Monsieur Den et le café de Dan où tous les soirs les paumés qui y végètent se retrouvent et éclusent au comptoir. De ce pays, personne ne peut sortir. Willie, qui y est né et ne connaît rien d’autre, le sait mieux que personne. Mais vient le jour où le garçon de 25 ans se pose la question, et rien ne sera plus comme avant.Ce premier roman au climat étrange, proche de l’imaginaire du Caldwell de la Grande Dépression, ou du Mc Carthy de la Route frappe l’imagination par son évocation de personnages déchus, au bout du rouleau, ou d’innocents magnifiques dans un nulle part aride, implacable et ordinaire. »


Les poubelles pleurent aussi

Les poubelles pleurent aussi – Guillaume Suzanne

Editions Griffe d’encre – 8.00 €

Du titre, de la couverture ou du pitch, on ne sait que retenir de plus étrange et savoureux. L’entreprise est destinée semble-t-il à faire rire le lecteur. De la SF désopilante, donc. Ah bon ?

Le pitch : La Terre, France. Le Contact tant espéré a finalement eu lieu. Les Nods ont débarqué il y a six ans, apportant avec eux la dernière génération de poubelles organiques dans un but on ne peut plus noble : aider les Terriens, qui semblent avoir tant de mal à garder leur planète propre. Semant le progrès et la pagaille dans leur sillage, voilà qu’ils ont éradiqué le tabac sans demander leur avis aux fumeurs. Les Nods se prétendent omnipotents, mais… jusqu’où ?

Et tandis que le président de la République apprend ses discours sur des fiches cartonnées et qu’Arnold Sextan se fait verbaliser pour stationnement de maison non autorisé, les monstres se mettent à perdre le Nord et les gens à perdre la tête.


La vengeance de la pelouse

La vengeance de la pelouse – Richard Brautigan

Christian Bourgeois – 212 pages – 8.00 €

Richard Brautigan : un grand auteur de la beat génération. OK.

Cela n’excuse en rien le titre débile de ce recueil de short, short novels. Surtout avec la couverture vintage dont l’éditeur est responsable. Terriblement responsable…


Comment être Pape: La vie quotidienne au Vatican après votre élection

Comment être Pape : la vie quotidienne au Vatican après votre élection

Piers Marchant – 127 pages – 9.90 €

Celui-là m’est particulièrement cher : comment traiter un sujet aussi space avec un sérieux aussi imperturbable ?!

Je ne peux, pour preuve, que vous rappeler son pitch…

Le pitch : Vous avez été élu pape. Comment choisir votre nom pontifical ? Où vous rendre pour des vêtements pontificaux sur mesure ? voyez-vous changer la déco de vos appartements ? La réponse à ces questions pratiques, ainsi qu’à un grand nombre d’autres interrogations, se trouve dans cet indispensable petit manuel de l’employé du Vatican que vous êtes désormais.

Et aussi : quelques expressions en latin, des petits conseils utiles sur la façon dont on doit accueillir les grands de ce monde, une liste des avantages en nature liés à votre fonction, et bien d’autres informations essentielles.


Les titres de livres aussi débiles que leur contenu


l'augmentation mammaire grâce à la puissance totale

L’augmentation mammaire grâce à la puissance totale – Donald Wilson

Je suis navré, mais je n’ai pas trouvé d’édition française de ce chef-d’œuvre, dont je ne peux éviter de traduite pour votre complète information le sous-titre :

« Comment utiliser les autres 90 % de votre esprit pour accroitre la taille de vos seins »

Cool, non ?!


Dix façons de rendre votre cheval résistant aux bombes

Dix façons de rendre votre cheval résistant aux bombes – Betty McMahon

Là aussi, désolé, pas trouvé de version française !…


People Who Don't Know They're Dead

Ces personnes qui ne savent pas qu’elles sont mortes :

Comment elles s’attachent à des passants sans méfiance et que faire à ce sujet

Gary Leon Hill – Red wheel – 192 pages – 15.00 €

Encore un chef-d’œuvre du grand n’importe quoi.

On peut vraiment regretter de ne pas pouvoir lire en français ce traité on ne peut plus sérieux sur ces défunts qui viennent prendre possession du corps et de l’esprit d’êtres vivants !


A la recherche de l'utérus perdu

A la recherche de l’utérus perdu – Patricia Rodriguez

Editions des femmes – 204 pages – 12.50 €

A première vue, publication par les éditions des femmes, une auteure psychiatre et psychanaliste, on se dit que tout cela relève peut-être d’une démarche féministe volontaire.

Mais quand vous avez lu les échanges qui tiennent lieu de pitch, vous avez de fortes chances de changer d’avis ! Extrait :

-Vous aussi vous voulez être mères ? demande Camila.

– Qui ne veut pas l’être ? C’est la plus belle chose qui soit au monde, répond Rachel.

Les cinq femmes le regardent avec étonnement. – Agata est enceinte, dit Camila sans y penser.

– Qui est Agata ? demandent en choeur les infirmières, Rachel et Eloise.

– La chatte.

– Comme c’est chou ! disent-elles à l’unisson.

– Les filles, ordonne Camila, emmenez Rachel et Eloise chez elles et que quelqu’un monte la garde. Vous rendez-vous compte que peu à peu nous sommes en train de récupérer tout ce qu’a vendu Santa Anna ? Ajoutez les émigrés clandestins qui traversent le rio Bravo pour aller aux États-Unis, les chicanos et les embryons mexicains qui naissent dans des ventres gringos avec la nationalité américaine. Il ne manque plus que les utérus soient estampillés «Made in Mexico».


Castration

Castration : avantages et désavantages – Victor T. Cheney

Authorhouse – 344 pages – 21.50 €

Voilà un sujet délicat rarement abordé ! 344 pages pour expliquer à ces messieurs les plaisirs ineffables de la castration.

Qui sont, entre autres, d’après le pitch que je traduis littéralement (kle livre n’est disponible qu’en anglais : « Le livre contient des données considérables pour étayer chacun des aspects des résultats de la castration. Une simple opération chirurgicale de 15 minutes aboutit à une considérable augmentation de l’espérance de vie moyenne de treize ans et demi, guérit le cancer de la prostate et améliore le fonctionnement du système immunitaire du corps.« 

On se demande encore pourquoi la procédure ne s’est pas généralisée !


Vieux tracteurs et les hommes qui les aiment

Vieux tracteurs et les hommes qui les aiment : comment rendre vos tracteurs

heureux tout en gérant votre famille – Roger Welsh

Motorbooks international – 160 pages – 8.45 €

J’avoue avoir une tendresse particulière pour Roger Welsh et ses livres sur les tracteurs. Les titres et sous-titre sont tout simplement fabuleux !

Je dis bien les, car il en a publié plusieurs… la preuve :

*

Tout ce que je sais sur les femmes, je l'ai appris de mon tracteur

Tout ce que je sais sur les femmes, je l’ai appris de mon tracteur

Roger Welsh – Motorbooks International – 224 pages – 23.00 €

Vraiment top, n’est-ce pas ? Et ce n’est pas tout !

Je vous épargnerai les couvertures des deux ouvrages suivants : Amour, sexe et tracteurs, et surtout l’inoubliable Trilogie de tracteurs : tracteurs cassés, vieilles jointures, sexe, techniques de clé dynamométrique norvégienne.

Je préciserais pour terminer que le vieux pervers apparait sur toutes les couvertures de ses livres !


Comment chier dans les bois : Pour une approche environnementale d'un art perdu

Comment chier dans les bois : Pour une approche

environnementale d’un art perdu – Kathleen Meyer

Edimontagne – 140 pages – 12.00 €

Pour terminer, un titre peu élégant, mais qui ne manque pas de frapper l’imagination.

Le plus fort, c’est que le sujet est traité avec beaucoup de sérieux.

Et ne soyons pas médisant : certains lecteurs ont trouvé le livre plutôt bien torché (ah ! ah!)


♠ Les autres sélections et articles du

Tourne Page sur la lecture ♠


Charles Dickens

Portraits et photos d’écrivains en plein travail

Dans la famille "Je suis célèbre et j'aime lire"

Dans la famille « Je suis célèbre et j’adore lire »

Lire : une source de plaisirs infinie ?

la bibliothèque dalinienne

Dans la famille « J’ai une bibliothèque unique au monde »

Comment se débarrasser des mauvais livres ?

Comment se débarrasser des mauvais livres ?

Prêter ses livres : bonne ou mauvaise idée ?

Le coin cadeau ** Les livres du jour**L’actualité des sorties

**Les meilleures ventes** La vie d’un lecteur


Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour,
    Je vous remercie pour votre intérêt concernant Les Poubelles pleurent aussi.
    Je confirme que le but est avant tout de faire rire… même si ce n’est pas le seul.
    À votre disposition pour échanger ou pour pourvoir en Poubelles si vous avez du mal à vous les procurer 🙂
    Bonne continuation,
    Guillaume SUZANNE

    1. letournepage dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre message qui confirme, s’il en était besoin, que vous avez beaucoup d’humour !
      Christophe

      1. letournepage dit :

        Bonjour,
        Désolé, difficile de retrouver le roman que vous cherchez sans plus de détails…