Sambre

T4. Faut-il que nous mourions ensemble…

Yslaire

Glénat

Partager sur :

Le pitch

Au-delà du temps, au-delà de la haine des hommes, l'affrontement amoureux de Bernard Sambre et de Julie, comme une braise incandescente, irradie de toute sa beauté ce chef-d'oeuvre de la BD.

Yslaire écrit avec les mots fulgurants de la passion et dessine avec un élan flamboyant cet hymne à l'amour impossible. Sambre où l'illustration exacte et parfaite du « Romantisme », entre noirceur de l'âme et brûlure des sentiments. Un monument..

Mon avis

4e tome de la fameuse saga d'Yslaire. Depuis le tome précédent, Yslaire est tout seul aux commandes, il a laissé Balac (Yann) sur le bord de la route.

Et passées les toutes premières planches qui se passent sur les barricades, superbes, tout dans les rouges sombres (sang !) qu'affectionnent tant Yslaire, on sent soudain le changement de main sur la plume du scénario.

Ce volume est le dernier de la première "période" de l'histoire, puisque le tome suivant débutera carrément huit ans plus tard. Yslaire s'attache donc à défaire les noeuds dramatiques élaborés auparavant et, c'est bien fait sur les intentions, un peu laborieux sur la forme.

*

yslaire-sambre-faut-il-que-nous-mourrions-ensemble-t4-p-41-3h0q

*

Dès la sixième planche, l'histoire, qui privilégiait nettement l'image (pour le plus garnd plaisir du lecteur) devient extrêmement bavarde. Trop. Des dialogues très démonstratifs. Mais ce n'est pas pour cela qu'on lisait cette saga avec admiration, et cette rupture de fond m'a vraiment gêné.

Heureusement, le dénouement de la période, terriblement dramatique comme on l'appréhendait depuis longtemps (romantisme et révolution convergent rarement vers une fin heureuse !), occupe les dernières planches. Le dernier tiers du volume remonte sur les barricades, et c'est l'occasion d'images magnifiques. Profusion de noirs, d'ocres et de rouge, bien sûr.

Lorsque s'achève ce cycle, on se demande où l'histoire va se diriger puisque, d'une certaine manière, tout est dit, tout est rompu... L'histoire pourrait s'arrêter là, le lecteur est heureux.

Une des œuvres majeures de la BD française de ces trente dernières années (pour les quatre premiers tomes). Absolument indispensable, à placer dans sa bibliothèque à côté de Bourgeon, Loisel...

   

Acheter sur Amazon

Du même auteur