[Idées lecture] Les meilleures uchronies

Posté le 6 octobre 2023, par letournepage, dans Le coin cadeau

Les meilleures uchronies

 

Comme le dit si bien notre maitre à tous Wikipédia, l’uchronie est un genre littéraire qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification du passé.

Le terme est un néologisme du XIX° siècle créé par Charles Renouvier, construit à partir d’un « u » (préfixe de négation) et « chronos » (le temps) : c’est donc un « non temps » ou le temps est celui de l’histoire que nous connaissons. Dans une uchronie, l’auteur réécrit une histoire de l’humanité percutée et refaçonnée par un évènement du passé différent de celui que nous connaissons. Une réalité alternative, en quelque sorte…

L’exemple le plus connu est celui de la seconde guerre mondiale : que serait-il passé sur Terre si Hitler et les allemands l’avaient gagné, cette guerre ?…

Cet exercice intellectuel, devenu genre littéraire à part entière, est désormais une branche de la SF à elle toute seule et a donné naissance à quelques romans inoubliables. Pour votre plus grand plaisir de lecture à venir, je vous ai préparé une petite liste de récits uchroniques à ne pas manquer…

Uchronies : et que serait devenu le monde si…

– Cliquez sur la couverture du livre pour accéder à la page Amazon afin de l’acquérir,

ou sur le lien « Lire la suite » pour accéder à la critique complète du livre  –

Rappel : le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifiés sur le site.


Et si… Hitler et les nazis avaient gagné la seconde guerre mondiale ?


Fatherland

Fatherland – Robert Harris

Pocket – 448 pages – 6.95 €

Le pitch : Mardi 14 avril 1964 : la paix nazie règne depuis vingt ans en Europe et Berlin s’apprête à fêter l’anniversaire d’Adolf Hitler. Les juifs ont été expulsés quelque part, loin à l’est. Encore plus loin à l’est, en Sibérie, la guerre continue. Kennedy a annoncé sa venue en septembre : ce sera la première visite d’un président américain en Allemagne depuis le traité de paix de 1944.

L’inspecteur Xavier March enquête sur les meurtres de deux anciens hauts gradés SS. L’affaire est sensible, et March commence à subir des pressions. Mais il s’obstine, et, peu à peu, commence à entrevoir un secret énorme et monstrueux.

Mon avis : Dès sa sortie, en 1992, Fatherland a marqué l’histoire de la littérature prospective. Premier roman de Robert Harris, il créait alors une véritable onde de choc parmi les lecteurs puisque l’auteur situait ce thriller dans le proche passé d’un monde parallèle au nôtre, un monde où l’Allemagne nazie a gagné la second guerre mondiale et domine le monde.

En un instant, Fatherland montait dans le top 10 des uchronies les plus célèbres, au côté de son aîné, Le maître du haut château, de Philip K. Dick, auquel il fait étrangement résonance. Il faut dire que l’entreprise était osée, le sujet brûlant et l’expérience terriblement traumatisante.

Dès la première page, Harris plonge l’histoire dans le noir du désespoir le plus complet. Son personnage principal, Xavier March, va, au fil d’une enquête rapidement interdite par les autorités, lever peu à peu le voile du discours officiel sur de terribles secrets d’état.

⇒ Lire la suite


Le maître du haut-château

Le maître du haut-château – Philip K. Dick

J’ai lu – 384 pages – 7.90 €

Le pitch : 1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés , le Reich et l’Empire du Soleil levant se partagent le monde. Vingt ans plus tard, dans les Etats-Pacifiques d’Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L’occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre.

À San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M. Tagomi, grand amateur de culture américaine d’avant-guerre, dénichent chez lui d’authentiques merveilles. D’ailleurs, que pourrait-il offrir à M. Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu’un autre livre, qu’on s’échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale…

Mon avis : Prix Hugo 1963, Le maître du haut château est important pour au moins trois raisons.

La première, c’est que c’est ce livre qui rendit célèbre Philip K. Dick aux yeux du monde.

La seconde est qu’il ouvre la période majeure de l’auteur pour la littérature de SF (juste après viendra Ubick).

La dernière, c’est qu’il s’agit d’une des uchronies les plus célèbres et les plus réussies de l’histoire de la SF.

⇒ Lire la suite


Widowland

Widowland – C.J. Carey

Le Masque – 392 pages – 21.90 €

Le pitch : Londres, 1953. Depuis la fin de la guerre et l’écrasante victoire allemande, le Royaume-Uni est un Protectorat administré par l’Allemagne nazie. Les femmes y sont dorénavant réparties en classes qui régulent strictement leurs droits. Heureusement pour elle, Rose Ransom fait partie de l’élite. Et, privilège s’il en est, on la charge de réécrire la littérature. Jane Austen, Charlotte Brontë ou les frères Grimm n’ont pas de secrets pour elle et, bientôt, leurs héroïnes deviendront pour les lectrices de parfaits modèles aryens.

Seulement, alors que l’arrivée à Londres du Leader est imminente, des phrases censurées réapparaissent sur les murs de la ville. Et c’est Rose que l’on envoie enquêter en plein cœur des Widowlands, ces banlieues délabrées où l’on confine les femmes insoumises ou rebuts de la société. Pourtant, Rose s’interroge : à quel point ces femmes sont-elles différentes d’elle ?

Mon avis : WidowlandLe pays des veuves. Triste et terrible titre qui ne reflète qu’imparfaitement le thème de ce roman qui est à la fois une uchronie et une dystopie. Une dyschronie, en quelque sorte, si vous me permettez ce néologisme.

Uchronie, car il s’agit d’un essai fantastique qui imagine le monde tel qu’il serait si un évènement passé ne s’était pas déroulé de la façon que notre histoire a connu. Un exercice classique du roman de SF.

Dystopie, car le monde imaginé par C.J. Carey est celui d’une société totalitaire organisée de telle façon qu’elle empêche une partie de ses membres d’atteindre le bonheur; en l’occurrence, les femmes !

⇒ Lire la suite


Et si… Charles Lindbergh était devenu président des U.S. en 1940 ?


Le complot contre l'Amérique

Le complot contre l’Amérique – Philip Roth

Folio – 576 pages – 10.20 €

Le pitch : Lorsque le célèbre aviateur Charles Lindbergh battit le président Roosevelt aux élections présidentielles de 1940, la peur s’empara des Juifs américains. Non seulement Lindbergh avait, clans son discours radiophonique à la nation, reproché aux juifs de pousser l’Amérique à entreprendre une guerre inutile avec l’Allemagne nazie, mais, en devenant trente-troisième président des Etats-Unis, il s’empressa de signer un pacte de non-agression avec Hitler.

Alors la terreur pénétra dans les foyers juifs, notamment dans celui de la famille Roth.

Mon avis : Comment aborder l’œuvre du célèbre auteur Philip Roth, lorsqu’on craint de se perdre dans un des grands romans introspectifs qui ont fait sa célébrité ? Sans doute, par ce récit très original qui fait la part belle à la fiction historique, sans pour autant laisser de côté les thèmes récurrents de son œuvre.

Le complot contre l’Amérique est une uchronie. Un roman what if. Que serait devenu le monde si… le fleuve de notre Histoire (avec un grand H) s’était, à un moment crucial, détourné du cours que nous connaissons ?

Ici, le détour, c’est l’élection de Lindbergh en 1940, en lieu et place d’une réélection de Roosevelt à la présidence des Etats-Unis. Et si Lindbergh, fasciste notoire (dans notre histoire réelle) avait pris le pouvoir et détouré les US de la guerre contre les puissances de l’Axe ?

⇒ Lire la suite


Et si… les vampires avaient participé à la conquête de l’ouest ?


Bloodsilver

Bloodsilver – Wayne Barrow 

Folio SF – 496 pages – 9.20 €

Le pitch : 1691 : un bateau transportant de mystérieux passagers aborde la côte est du continent nord-américain. Les vampires viennent de débarquer de la vieille Europe. Ils forment bientôt le Convoi, longue colonne de chariots recouverts de plaques de plomb, et se lancent à la conquête de l’Ouest, anticipant le trajet du chemin de fer dans une lente et implacable progression…

1692 : à Salem, une poignée d’hommes impitoyables fonde la Confrérie des Chasseurs, bien décidés à stopper l’avancée du Convoi et à en découdre avec les créatures des ténèbres.

De Fort Alamo aux territoires sioux, de Wounded Knee à Silver City, les hommes du Nouveau Monde, Billy le Kid, les frères Dalton ou encore Doc Holliday mêlent le sang à l’argent, luttant sans merci contre les vampires, ou formant avec eux d’improbables alliances…

Mon avis : Très belle couverture et pitch étonnant ; deux bonnes raisons pour acheter ce roman dans la prestigieuse collection Folio SF.

Après près de 500 pages d’une lecture dense et passionnante, il faut bien admettre que Bloodsilver est un OLNI pur sucre (OLNI pour, bien entendu, Objet Littéraire Non identifié !). OLNI, car j’avoue ne pas me rappeler avoir déjà lu un récit qui croise si parfaitement deux genres majeurs de la littérature : le roman fantastique et le roman historique.

Introduire la variable « vampire » (à la sauce classique, êtres hybrides suceur de sang venant du fin fond de l’Europe centrale) dans la geste classique de la construction de l’histoire américaine, était une idée formidable, mais la traitement qu’en fait Wayne Barrow dépasse largement la simple démarche opportuniste.

⇒ Lire la suite


Et si… la peste noire avait éradiqué la civilisation occidentale au XIV° siècle ?


Chroniques des années noires

Chroniques des années noires – Kim Stanley Robinson

Pocket – 1024 pages – 14.00 €

Le pitch : Quelle aurait été l’histoire du monde si l’Europe chrétienne avait disparu au Moyen Âge, ravagée par la peste ? Le Moyen-Orient et la Chine seraient devenus les civilisations dominantes, découvrant l’Amérique, inventant le chemin de fer et l’atome, se faisant la guerre…

À travers les destins de trois personnages – un sentimental, un révolté et un intellectuel –, Kim Stanley Robinson dépeint de façon étonnamment réaliste sept cents ans de l’histoire d’un univers foisonnant, où les aventures individuelles se mêlent à la trame historique et se répondent à travers les siècles et les continents.

Prix Locus du meilleur roman de SF – 2003

Mon avis : Quand Kim Stanley Robinson, un des maîtres du roman SF Hard Science et auteur de la célébrissime trilogie de Mars la rouge, se met à écrire une histoire uchronique du deuxième millénaire, c’est du sérieux !

Plus de 1 000 pages d’érudition et de réflexion sur notre civilisation.


Et si… Dracula avait épousé la reine Victoria ?


Anno Dracula

Anno Dracula – Kim Newman

Le livre de poche – 648 pages – 8.90 €

Le pitch : Londres 1888. Depuis que Dracula a épousé la reine Victoria, la terreur règne sur la capitale. Sous l’influence du sulfureux comte, les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des vampires, toujours plus puissants, et il ne fait pas bon être simple mortel. Mais la riposte ne se fait pas attendre. Dans les sinistres ruelles de Whitechapel, des prostituées vampires se font assassiner par un mystérieux inconnu aux scalpels d’argent.

Lancés dans la traque du tueur, Geneviève Dieudonné, une vampire à la jeunesse éternelle, et Charles Beauregard, espion pour le Diogene’s Club, vont devoir gravir les échelons du pouvoir. Et s’approcher dangereusement du souverain le plus sanguinaire qu’a jamais connu le royaume…

Mon avis : Les romans consacrés aux vampires qui sortent de l’ordinaire, on peut les compter sur les doigts d’une main. Voilà pourquoi j’ai découvert récemment, avec retard, curiosité et impatience le roman de Kim Newman, Anno Dracula qui, en 1992, a en quelque sorte repris le mythe là où l’avait laissé Bram Stoker (en 1887, donc) pour le « tordre » au travers d’une uchronie pour le moins culottée.

Pas de doute que de nombreux anglais ont du frémir, en découvrant cette Angleterre parallèle où Dracula – Vlad Tepes – a séduit la reine Victoria avant de l’asservir puis de l’épouser, permettant ainsi au peuple vampire d’envahir peu à peu le pays et cohabiter avec les « non morts ».

⇒ Lire la suite


Et si… les sudistes avaient gagné la guerre de sécession ?


Autant en emporte le temps

Autant en emporte le temps – Ward Moore

Denoël – 305 pages – 9.70 €

Le pitch : Oubliez tout ce que vous savez sur l’Amérique ! En 1938, le Sud esclavagiste et prospère domine les Etats du Nord où végète une population famélique. Et pourquoi ? Parce que les Sudistes ont remporté la guerre de Sécession.

Et si un jeune historien voyageait dans le temps et allait voir ce qui s’est réellement passé lors de la bataille de Gettysburg, ne pourrait-il pas involontairement changer l’histoire ?


Et si… les dragons avaient participé aux guerres napoléoniennes ?


51n2v43K0QL._SX298_BO1,204,203,200_

Téméraire – Naomi Novik

Pocket – 448 pages – 7.80 €*

Le pitch : Alors que les guerres napoléoniennes font rage, le jeune capitaine Will Laurence fait une découverte qui va changer le cours de sa vie. Son vaisseau vient en effet de capturer une frégate française et sa cargaison : un oeuf de dragon très rare.

Les dragons sont utilisés dans les combats aériens par la plupart des nations. Mais celui que va découvrir Will n’est pas tout à fait comme les autres…

Ainsi commence l’histoire d’une amitié indéfectible entre le fabuleux dragon Téméraire et son jeune pilote. Ensemble, ils vont devoir apprendre les tactiques périlleuses de la guerre aérienne. Car la France, dirigée par un Bonaparte plus audacieux que jamais, rassemble ses propres créatures pour transporter ses troupes sur le sol britannique. Laurence et Téméraire se préparent à subir leur baptême du feu !

Mon avis : C’est toujours un plaisir particulier de tomber sur un roman dont on n’attendait rien, ou pas grand-chose, et qui vous procure un plaisir d’autant plus agréable qu’il n’est pas prévu. C’est ce qui m’est arrivé avec le premier tome de la saga Téméraire, que j’ai découverte alors qu’elle venait de s’achever (8 tomes en tout).

Ce qui ressemblait à première vue à une série d’Héroïc Fantasy pour adolescents s’est révélé être en fait une uchronie pour tout public. Le pitch, particulièrement ingénieux (que ce serait-il passé si les guerres napoléoniennes s’étaient déroulées dans un monde où les dragons existent ?), m’a intrigué : je n’ai pas été déçu.

Avec un enthousiasme et une fraîcheur désarmants, Naomi Novick plonge ses lecteurs dans un univers dont elle a particulièrement soigné la cohérence.

⇒ Lire la suite


Et si… L’invincible armada et les « papistes » avaient battu les anglais en 1588 ?


Pavane

Pavane – Keith Roberts (1968)

Le livre de poche – 285 pages – 6.50 €

Le pitch : L’Invincible Armada, lancée, en juillet 1588, à l’assaut de l’Angleterre hérétique par les forces catholiques, triomphe de la tempête et profite de l’assassinat de la grande Elisabeth. La papauté pavoise. L’Histoire a changé de cours.

Au XX° siècle, des locomotives à vapeur disputent les routes aux cavaliers ; les nouvelles sont transmises par des réseaux de sémaphores ; on chasse les sorcières, et les seigneurs féodaux appuient leurs révoltes de sciences impies comme l’électricité et la chimie.

Mon avis : Voilà sans conteste une des dix grandes uchronies de la littérature.

Sa lecture m’avait profondément touché et impressionné lorsque j’étais adolescent, tant le monde alternatif que Keith Roberts avait imaginé, aussi loin qu’il put être de notre monde, était crédible.

La structure éclatée de l’œuvre (des nouvelles, ou plutôt des chroniques qui composent une sorte de puzzle qui révèle au lecteur peu à peu le tableau ô combien étrange de cet univers qui semblent avoir manqué une marche dans l’évolution de l’homme.


Et si… la chute d’une météorite géante en 1952 avait accéléré la conquête spatiale ?


Vers les étoiles

Vers les étoiles – Mary Robinette Kowal 

Folio SF – 576 pages – 9.70 €

Le pitch : 1952. Une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant une grande partie de la côte Est des États-Unis et tuant la plupart des habitants dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Par chance, Elma York et son mari, Nathaniel, en congé dans les Poconos, échappent au cataclysme et parviennent à rejoindre une base militaire.

Elma, génie mathématique et pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et Nathaniel, ingénieur spatial, tentent de convaincre les militaires que la météorite n’a pu être dirigée par les Russes. Mais, ce faisant, ils découvrent que la catastrophe va dérégler le climat de manière irréversible et entraîner, à terme, l’extinction de l’humanité. Seule issue : l’espace. Une coalition internationale lance un programme spatial de grande envergure… inaccessible aux femmes. Elma compte pourtant bien y prendre part et devenir la première Lady Astronaute.

Mon avis : Vers les étoiles a recueilli en 2019 la totalité des grands prix internationaux de la SF dont les prix Locus, Nebula, Hugo.

il s’agit d’une uchronie rétrotemporelle. Vous savez, le genre d’histoire où l’on vous dit : mais que ce serait devenue l’humanité si, dans le passé, un évènement avait modifié le cours du temps ?

C’est ce qui se passe avec cet épais roman (560 pages) qui se déroule de 1952 à 1958 aux Etats-Unis, dans un pays touché par un cataclysme, une météorite géante qui s’abime au large de la côte est du pays et va, sur la durée, modifier profondément le climat de la Terre au point de la rendre inhabitable.

⇒ Lire la suite


Et si… l’histoire n’était qu’un éternel recommencement ?


Un cantique pour Leibowitz

Un cantique pour Leibowitz -Walter M. Miller Jr (1960)

Folio SF – 464 pages – 8.60 €

Le pitch : Dans le désert de l’Utah, parmi les vestiges d’une civilisation disparue, frère Francis de l’ordre albertien de Leibowitz a fait une miraculeuse découverte : d’inestimables reliques du martyr Isaac Leibowitz lui-même, qui jadis avait organisé la sauvegarde des dernières miettes du savoir balayé par le Grand Déluge de Flammes. C’est une lueur d’espoir en cet âge de ténèbres et d’ignorance, le signe tant attendu d’une nouvelle Renaissance. Mais l’humanité a-t-elle tiré les leçons d’un cataclysme qui l’a laissée exsangue, défigurée par le feu nucléaire ? Saura-t-elle enfin se préserver des apprentis sorciers ? Car l’Histoire, bientôt, menace de se répéter…

Mon avis : un roman en trois parties distinctes, éloignées de plusieurs siècles chacune.

Et une des plus fameuses uchronies de l’histoire de la SF, bien que cela n’en soit pas une au sens littéral du terme, car ce n’est pas le passé de cet univers qui ne s’est pas déroulé comme le nôtre, mais plutôt le passé que semble revivre l’humanité dans le futur, en une sorte de reboot effrayant (Je ne suis pas certain que ma phrase soit d’une clarté parfaite, mais il vous suffira de lire le livre pour mieux comprendre, ha ! ha !)

L’histoire serait-elle destinée à devenir un éternel recommencement ? C’est une des (nombreuses) questions qu’abordent ce roman passionnant. L’ensemble est très intelligent et, à mon avis, proprement fascinant.


Et pour terminer : un essai sur le sujet !


Le guide de l'uchronie

Le guide de l’uchronie – K. Gobled & B. Campeis

Hélios – 498 pages – 9.90 €

Le pitch : Et si Christophe Colomb n’avait jamais découvert l’Amérique ? Et si les nazis avaient remporté la Seconde Guerre mondiale ?

L’uchronie joue avec l’histoire pour créer des réalités différentes, explorant des possibilités infinies. Est-ce là l’expression d’une simple nostalgie rêveuse d’un passé jamais advenu ou une arme de réflexion philosophique ?

Karine Gobled et Bertrand Campeis, membres du prix ActuSF de l’uchronie, vous proposent d’arpenter avec eux les sentiers où réalité historique et fiction s’entremêlent. À travers des conseils de lecture, des interviews d’auteurs, des escapades dans le cinéma, la bande dessinée ou le jeu vidéo, ces deux spécialistes offrent un panorama d’un genre qui séduit de plus en plus.

⇒ Lire la suite


♠ Les autres sélections du Tourne Page

 consacrées au fantastique et à la SF


Dune

Les meilleurs romans de SF

La servante écarlate

10 dystopies pour vous retourner le cerveau

La guerre des mondes

Les meilleurs romans de fin du monde

Total recall

Romans de SF : les meilleures adaptations au cinéma

Terreur

Terreur : les meilleurs romans pour se faire peur

Frankenstein

Les meilleurs romans fantastiques et d’horreur

Le coin cadeau ** Les livres du jour**L’actualité des sorties

**Les meilleures ventes** La vie d’un lecteur


Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifiés sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *