[Idées lecture] Les grands livres qui parlent de la mer

Posté le 23 juillet 2022, par letournepage, dans Le coin cadeau

 

 

La mer et la littérature…

Tout de suite, à la lecture de ces deux mots, mon imagination – et la vôtre, j’imagine ! – s’envole et, au delà des embruns s’échappant des vagues qui se fracassent sur les rochers de la côte, va rejoindre pour les survoler les bricks des pirates qui, inlassablement, patrouillent dans la mer des Caraïbes…

Bien, je m’emballe peut-être un peu, mais vous avouerez que les romans et les récits d’aventures maritimes ont de quoi faire rêver. Les grandes découvertes, du grand nord à l’Antarctique, les courses océaniques, les grands fonds avec ses mystères et ses monstres, quel plaisir !

Les tempêtes terrifiantes, les naufragés des îles désertes, le soleil des tropiques, voilà d’autres éléments et décors qui peuplent la trentaine de livres que j’ai sélectionnés pour vous. Le grand large, le vent dans le grand foc. Que du plaisir !

 

Les grands livres qui sentent l’iode et le sel…*

– Cliquez sur la couverture du livre pour accéder à la page Amazon afin de l’acquérir,

ou sur le lien « Lire la suite » pour accéder à la critique complète du livre  –

Rappel : le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifiés sur le site.

 

Le loup des mers

Le loup des mers – Riff Reb’s

d’après le roman de Jack London

Noctambule – 136 pages – 17.95 €

Le pitch : Après un naufrage, Humphrey Van Weyden, un gentleman fluet, est recueilli puis enrôlé de force comme mousse par Loup Larsen, un terrifiant capitaine de goélette, buveur, violent mais très cultivé.Ce capitaine, athée, éprouve peu à peu une sorte d’estime teintée de mépris pour Humphrey, à l’inverse, très religieux : « si vous savez que quand vous mourrez, vous irez dans un monde meilleur, alors, pourquoi avez-vous peur de mourir ? »

Ainsi naissent les premières joutes verbales – pleines d’humour et d’esprit – qui rythment ce passionnant récit d’aventure, et qui redoubleront à l’arrivée d’une jeune femme, un futur enjeu pour ces deux hommes. Intelligente, brillante et moderne, une adaptation d’envergure de l’un des chefs-d’œuvre du roman d’aventure !

*

Riff Reb's

.

Mon avis : Rien de plus difficile que d’adapter un grand roman en BD. Nombre d’excellents auteurs s’y sont cassé la plume et le pinceau, et par charité je ne donnerais pas d’exemples ici aujourd’hui !

C’est donc à chaque fois une heureuse surprise et un grand plaisir quand un chef-d’œuvre romanesque donne un chef-d’œuvre de BD. C’est le cas, sans le moindre doute, avec Le loup des mers de Jack London, devenu Le loup des mers de Riff Reb’s.

Riff Reb’s a deux passions : la mer, et Jack London, qui ont chacun inspiré plusieurs de ses créations. C’est donc tout naturellement qu’il s’est emparé du Loup des mers, merveille d’aventures maritimes de Jack london.

⇒ Lire la suite


20 000 lieues sous les mers

20 000 lieues sous les mers – Jules Verne

Folio – 400 pages – 5.90 €

Le pitch : Un monstre marin, « une chose énorme », ayant été signalé par plusieurs navires à travers le monde, une expédition est organisée sur l’Abraham Lincoln, frégate américaine, pour purger les mers de ce monstre inquiétant.

À bord se trouvent le Français Pierre Aronnax, professeur au Muséum de Paris, et Conseil, son fidèle domestique. Une fois parvenus en vue du monstre, deux immenses trombes d’eau s’abattent sur le pont de la frégate, précipitant Aronnax, Conseil et le harponneur canadien Ned Land sur le dos du monstre… qui se révèle être un fabuleux sous-marin, le Nautilus, conçu et commandé par un étrange personnage, le capitaine Nemo, qui paraît farouchement hostile à toute l’humanité !

Condamnés à ne plus jamais revoir leur patrie, leurs parents, leurs amis, la plus extraordinaire aventure commence pourtant pour les trois hommes…

Mon avis : J’ai pu expliquer par ailleurs, à propos de Jules Verne, comme un roman adoré alors qu’on était adolescent, peut parfois être décevant à la relecture, des années plus tard. Ce fut le cas pour Voyage au centre de la Terre. Heureusement, les relectures sont parfois beaucoup plus heureuses, et c’est le cas pour Vingt mille lieux sous les mers ! Ce très gros roman n’est pas parfait, loin de là.

On y retrouve en effet le principal défaut – et le péché mignon – de Jules (vous permettez que je l’appelle Jules ?) : la propension à dérouler un savoir scientifique autodidacte (celui de l’époque, parfois très daté) sans y mettre de limites, au risque de casser, parfois, le cours du récit, et en décourager certains (j’ai pu remarquer à quel point la lecture peut rebuter, aujourd’hui, certains adolescents). Mais à côté de ça, quelle aventure !

⇒ Lire la suite


Moby Dick

 Moby Dick – Herman Melville

Folio – 9.90 €

Le pitch : Moby Dick (1851), le chef-d’oeuvre de Melville, est l’histoire d’une obsession : depuis qu’un féroce cachalot a emporté la jambe du capitaine Achab, celui-ci le poursuit sans relâche de sa haine. Ismaël, matelot embarqué à bord du baleinier le Péquod, se trouve pris peu à peu dans le tourbillon de cette folle vengeance : c’est par sa voix que se fera entendre l’affrontement final de l’homme et du grand Léviathan blanc.

Somme encyclopédique érigeant la baleine en un véritable mythe, récit hanté par l’énigme du bien et du mal, Moby Dick nous fait naviguer sur des mers interdites et accoster sur des rivages inhumains. Jamais on n’épuisera la science des baleines, suggère Melville. Jamais non plus on ne viendra à bout de la fascination qu’inspire ce roman sombre et puissant.

Mon avis : Je ne vais pas passer des heures à vous expliquer pourquoi, comment, Moby Dick est un chef d’oeuvre absolu de la littérature mondiale, un roman que vous devez lire, absolument !

Je me contenterais d’insister sur un point particulier, destiné à nos chères têtes blondes  – ou brunes, ou rousses -, enfin bref… aux jeunes, aux adolescents, aux jeunes adultes et, puis, tiens, à tout ceux qui, jusqu’à ce jour, n’ont pas franchi le pas, pas ouvert le livre :

  • parce qu’ils ont peur de se prendre un pavé pareil sur le pied (cela fait mal, 800 pages ultra-serrées);
  • parce qu’ils ont peur de se retrouver dans un récit ésotérique, une vaste parabole sur la vie, une métaphore tirée des saintes écritures (après tout, c’est cela que l’on lit, avant tout, dans les commentaires du livre sur les réseaux sociaux);

A tout ceux-là, je leur dit : ouvrez, ouvrez la cage aux cachalots ! Ce roman est avant tout un roman d’aventure, passionnant, saisissant ! Une plongée dans l’univers de la mer au même titre qu’un 20 000 lieues sous les mers, que vous avez surement lu, pour le coup !

⇒ Lire la suite


Deux années sur le gaillard d'avant

Deux années sur le gaillard d’avant – Richard Henry Dana

Payot – 640 pages – 11.50 €

Le pitch : A dix-neuf ans, Richard Henry Dana, alors étudiant à Harvard, décide de changer de vie. Il s’engage comme simple matelot sur un voilier de commerce à destination de la Californie pour un voyage de deux ans, en passant par le cap Horn. Deux années sur le gaillard d’avant développe certains des thèmes majeurs qui inspireront Herman Melville : le voyage initiatique, la lutte contre les éléments, l’ambiguïté de la vie primitive et sa trompeuse innocence.

Souvent considéré comme le plus beau livre de mer, il a valu à son auteur, dès sa parution en 1840, une célébrité prodigieuse, égale à celle de Dickens, qui l’a installé comme l’un des grands classiques de la littérature américaine du XIXe siècle.

Mon avis : Une ou deux fois par an, j’ai un coup de cœur absolu pour un livre. La plupart du temps, un roman; mais pas toujours : la preuve avec Deux années sur le gaillard d’avant.

Car bien que ce récit soit aussi passionnant que le plus accrocheur des romans d’aventures, ce très épais volume dont on fêtera dans quelques années le bicentenaire de la parution (!), est bien un essai.

Et pas n’importe quel essai : le plus extraordinaire, le plus complet et le mieux écrit de tous les récits consacrés à la mer, au voyage. Un récit d’apprentissage et un témoignage unique sur une multitude de sujets.

⇒ Lire la suite


Le Déchronologue

Le déchronologue – Stéphane Beauverger 

Folio SF – 576 pages – 9.70 €

Le pitch : « Je suis le capitaine Henri Villon, et je mourrai bientôt. Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N’est-ce pas l’ultime privilège d’un condamné d’annoncer son trépas comme il l’entend ? C’est mon droit. Et si vous ne me l’accordez pas, alors disons que je le prends ».

Ainsi débute le récit du capitaine Villon. Il lutte avec son équipage de pirates pour préserver sa liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles. Son arme : le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps.

Mon avis : J’avoue n’avoir pas toujours accordé beaucoup d’attention à la SF française. Sans doute par erreur, ou par manque de chance, faute d’avoir croisé de grands textes.

Voilà pourtant le parfait contre-exemple de cette situation : Le déchronologue est un roman absolument unique et remarquable, que je conseille à tout ceux qui, comme moi, ont longtemps cherché  l’oiseau rare.

Il faut dire que Stéphane Beauverger est parvenu à croiser deux genres a priori fort éloignés : la SF et… le roman de pirates !

Imaginez un Stevenson qui aurait travaillé avec H.G. Wells, pour créer un récit hors norme, un L’île au trésor carambolé avec La machine à remonter le temps

⇒ Lire la suite


L'île au trésor

L’île au trésor – Robert Louis Stevenson 

Folio – 352 pages – 6.30 €

Le pitch : Qui n’a pas rêvé, au moins une fois dans sa vie, de découvrir un trésor ? Ce rêve est devenu accessible pour Jim Hawkins, le jour où il découvre, dans le coffre d’un vieux loup de mer, la carte d’une île. L’emplacement d’un trésor y figure. Il s’agit du butin amassé par le redoutable pirate Flint.

Tout s’accélère alors pour le jeune garçon : départ de l’auberge familiale, recrutement de marins au passé trouble, affrètement d’une goélette…

Mon avis : L’île au trésor est un classique absolu, que (presque) tout le monde lit généralement une première fois enfant (comment mieux enflammer l’imagination d’un gamin que cette histoire de pirates ?), et qu’on relit souvent une fois adulte, pour retrouver la magie et le goût de l’enfance.

Une madeleine littéraire, à n’en pas douter. Pourtant, à la réflexion et à la relecture, je pense que ce livre n’est pas destiné en priorité aux enfants, mais tout autant aux adultes. Dirait-on de Jules Verne que c’est un auteur pour enfants ? Non, alors…  L’atmosphère est souvent très noire et les méchants très méchants.

L’île au trésor est un vrai Tourne Page, le scénario est très découpé et les rebondissements se succèdent, serrés, ce qui explique pourquoi l’oeuvre a inspiré tant de films et de BD. Une mention toute particulière à Long John Silver, un des plus formidables personnages de la littérature.


Les aventures d'Arthur Gordon Pym

Les aventures d’Arthur Gordon Pym – Edgar -Allan Poe 

Le livre de poche – 352 pages – 7.40 €

Le pitch : Un jeune Américain de seize ans, Arthur Gordon Pym, se lie d’amitié avec Auguste Barnard, fils d’un capitaine de navire, et tous les deux prennent l’habitude de s’embarquer pour de folles équipées sur un canot à voile. Un soir, tandis qu’ils sont couchés, nais non dégrisés de l’alcool qu’ils ont bu, Auguste décide que l’on ne peut dormir quand souffle une si belle brise, et, cette nuit-là, le canot heurte un baleinier. Bien d’autres aventures suivront, plus lointaines et envoûtantes.

Ce roman publié en 1838 est présenté par Pym lui-même comme sa propre histoire qu’Edgar Poe raconte en son nom, à la première personne et, très vite, autre marque d’authenticité, le récit fait place à une sorte de journal de bord. Mais ces effets de réel n’atténuent rien de l’étrangeté des événements et des lieux où se trouve entraîné le lecteur : tout au contraire, le fascinant pouvoir du livre tient à la profondeur de cet imaginaire donné pour réel, et Borges, non sans raison, considérait ces Aventures comme le chef-d’oeuvre de l’auteur.

Mon avis : Pour la quasi totalité des lecteurs, le nom d’Edgar Allan Poe est indéfectiblement attaché au genre de la Nouvelle. Impossible, en effet, de passer à côté du génie permanent déployé tout au long des centaines de pages de ses Histoires extraordinaires.

Pourtant, il serait dommage de passer à côté du seul roman du maître du fantastique car, si l’oeuvre n’est pas formellement parfaite, il s’agit pourtant d’un texte inoubliable et un des récits fondateurs du fantastique. J’irais même plus loin : sans Les aventures d’Arthur Gordon Pym, qu’aurait créé H.P. Lovecraft  ?

Et Melville aurait-il écrit Moby Dick de la même manière s’il n’avait lu auparavant ce roman d’aventures maritimes ? No way ! Quant à Jules Verne, il n’a jamais été si « fantastique » que dans son roman Le sphynx des glaces, suite-hommage explicite que le génie français dédia à ce roman.

⇒ Lire la suite


Océan's song

Océan’s song – Olivier de Kersauson

J’ai lu – 250 pages – 7.40 €

Le pitch : Olivier de Kersauson a décidé de raconter sa géographie maritime. II fait le portrait de ses mers comme il pourrait dresser le portrait d’une femme.

II nous révèle, surtout, son destin singulier de skipper d’exception. Pour la première fois peut-être, dans Ocean’s Songs, il se dévoile.

Mon avis : Kersauson est un poète. C’est aussi un homme d’une profondeur que je ne soupçonnais pas et je n’hésite pas à dire que peu de livres, ces dernières années, m’ont autant procuré de réflexions passionnantes sur la vie.

Allez, quitte à être ridicule, j’y vais jusqu’au bout : Olivier de Kersauson est aussi un philosophe, même si c’est un philosophe qui ne se prend pas pour le dernier des imbéciles (sa fatuité candide peut parfois laisser le lecteur un peu pantois).

En aventurier des temps modernes, il vous conte l’histoire des océans avec une subtilité et une poésie rare, comme vous aurez rarement l’occasion d’en rencontrer dans d’autres romans et récits sur le sujet.

Lire la suite


In Waves

In waves – AJ Dungo 

Casterman – 374 pages – 27.00 €

Le pitch : Alors que Kristen n’était pas montée sur une planche de surf depuis des années, ça a été une évidence. Sa passion était contagieuse. Nous l’avons tous suivie. Mais parfois, son corps lui rappelait ses limites.

Récit autobiographique bouleversant, In Waves est une grande histoire d’amour, la traversée d’un deuil et une ode à la culture surf.

*

In waves

 

Mon avis : Il est fort probable que vous ayez vu ou vous verrez, un jour où l’autre, passer la couverture de In waves sous votre nez. Une couverture au dessin hyper graphique, avec un titre en grandes lettres capitales argentées.

N’hésitez surtout pas alors à ouvrir ce fort volume (400 pages imprimées sur un papier épais) pour découvrir ce roman graphique one shot tout à fait hors du commun, qui mérite largement la réputation qui le précède.

Lire la suite


Long John Silver - intégrale T1

Long John Silver (4 tomes) – Dorrison & Lauffray

Dargaud – 272 pages – 2*25 €

Le pitch :Délaissée par son mari parti découvrir le nouveau monde depuis plusieurs années, lady Vivian Hastings est restée à Bristol, en Angleterre. Seule ? Pas tout à fait : Vivian, consciente de son charme, ne manque pas de courtisans… Ceux-ci ne connaissent pas sa situation matérielle inquiétante : ruinée bien que toujours propriétaire du domaine et, surtout, enceinte…

Tout bascule le jour où Vivian reçoit enfin des nouvelles de son mari qui lui somme de le rejoindre en Amérique du sud où Lord Hasting aurait découvert le mythique trésor de Guayanacapac ! Acculée, Lady Hastings décide de partir et fait appel, malgré les mises en garde du docteur Livesey, à une bande d’hommes sans foi ni loi dont le chef n’est autre que le redoutable Long John Silver… Vivian conclut un pacte de sang avec ce pirate qui lui propose de l’embarquer jusqu’au nouveau monde en échange d’une partie du trésor.

Mon avis : De toutes les mythologies romanesques, celles des pirates est sans doute une des plus fortes. Et dans cette mythologie, celle de Long John Silver est sans conteste la plus puissante. Long John Silver ? C’est LE pirate ! C’est dire si le personnage de Stevenson a toujours fasciné les auteurs de roman (avez-vous lu la formidable « autobiographie » écrite par Björn Larsson ? Non, eh bien c’est le moment ou jamais !).

En s’attaquant au mythe pour en faire le héros maléfique d’une aventure en quatre tomes et plus de 200 planches, Xavier Dorison a pris des risques.

*

Long John Silver - L'intégrale T1

*

Mais le scénariste a de la bouteille : c’est un des professionnels les plus aguerris de la BD, et les séries à succès auxquelles il a participé sont nombreuses (WEST, Undertaker, et plus récemment Aristophania ou Le château des animaux).

Risques payants : l’intégrale de cette saga est parfaitement réussie : un vrai Tourne Page !

⇒ Lire la suite 


Endurance

Endurance – Alfred Lansing (1959)

L’incroyable voyage de Shackelton

Points – 480 pages – 8.30 €

Le pitch : Le 18 janvier 1915, le trois-mâts Endurance commandé par le célèbre explorateur Shackleton, qui avait pour objectif de traverser à pied le continent Antarctique, est pris par la banquise sans avoir pu toucher terre. Le navire doit être abandonné alors que l’avant-poste le plus proche se trouve à des milliers de kilomètres.

Shackelton jure à ses camarades de tous les ramener en Angleterre. L’une des plus incroyables odyssée du XXème siècle commence.

Mon avis : Les meilleurs récits d’exploration sont, depuis le XIX° siècle, au niveau des meilleurs romans d’aventure. Les 7 piliers de la sagesse vaut bien, à n’en pas douter, un bon Jules Verne.

Parmi ces récits, la part belle est donnée aux grandes expéditions polaires qui, durant plus d’un siècle, ont permis aux hommes de découvrir peu à peu, au prix de mille souffrances et pertes, les territoires inconnus de l’arctique et de l’antarctique.

Une des expéditions les plus célèbres reste celle menée, en 1914, par Ernest Shackelton, un irlandais qui s’était déjà fait remarquer auparavant par plusieurs tentatives audacieuses vers le pôle sud.

L’expédition de l’Endurance (le nom du bâtiment), programmée pour traverser complètement l’Antarctique en passant par le pôle sud (qui avait été atteint par Roald Amundsen en 1911), sera un échec catastrophique… mais donnera lieu à la plus célèbre aventure de sauvetage de l’histoire.

⇒ Lire la suite


Le Secret de la Licorne

Le secret de la licorne & Le trésor de Rackam le rouge – Hergé

Casterman – 128 pages – 2*11.50 €

Le pitch : En fouillant le grenier, le capitaine Haddock retrouve la trace de son ancêtre, le chevalier de Hadoque. Ce légendaire loup des mers s’est rendu célèbre par ses déboires avec le cruel pirate Rackham le Rouge.

Un roman maritime de plus ? Certainement pas ! Car le chevalier devient le dépositaire d’un fabuleux trésor. Pour Tintin, Haddock et une série de malfrats, il s’agit de le retrouver. Mais les pistes et les énigmes se multiplient.

Mon avis : Le premier (dans l’ordre chronologique) des trois fabuleux diptyques de la série Tintin, consacrés tous les trois – il faut le dire – à des aventures lointaines, exotiques, capables de dépayser complètement le lecteur.

Hergé trouve ici une fois encore un équilibre parfait entre humour et aventure. Ces deux albums ont marqué à jamais la mémoire de plusieurs générations d’enfants et d’adolescents.


Robinson Crusoé

Robinson Crusoé – Daniel Defoe (1719)

Le livre de poche – 410 pages – 5.20 €

Le pitch : Après quelques premières expéditions, Robinson Crusoé, marin d’York, s’embarque pour la Guinée le 1er septembre 1659. Mais le bateau essuie une si forte tempête qu’il dérive pendant plusieurs jours et finalement fait naufrage au nord du Brésil.

Seul survivant, Robinson parvient à gagner une île située au large de l’Orénoque où il va peu à peu s’assurer une subsistance convenable : il y restera près de vingt-huit ans, d’abord seul, puis accompagné d’un fidèle indigène qu’il baptise Vendredi.

Mon avis : Il faut le lire et le relire pour le croire et pourtant, pas de doute : le roman de Daniel Defoe a été publié il y a maintenant trois siècles ! Et pourtant, comment imaginer une seconde que ce Tourne Page fabuleux ait été écrit au début de XVIII° siècle, quatre ans après la mort de louis XIV ?!

Surtout, n’ayez pas peur de vous lancer dans sa lecture : le texte est le style sont restés d’une modernité absolument stupéfiantes. Cet épais roman est sans aucun doute le « père » de tous les romans d’aventure. La preuve : des générations d’auteurs (et de réalisateurs au cinéma) ont, depuis, tenté, soit de l’imiter, soit de s’en inspirer !

Voilà quelques-unes des innovations rassemblées par le génial auteur : le texte rédigé à la première personne; le récit mené comme un journal de bord, avec un déroulé chronologique; la dramaturgie impeccable portée par la simple question de la survie du naufragé, puis de l’organisation de sa vie sur la longueur; le « truc » de l’intervention d’un élément exogène (en l’occurrence ce bon vieux Vendredi !) pour relancer l’intrigue et apporter un élément de mystère au récit… et j’en oublie certainement !

Un de vingt livres que j’emmènerais sans le moindre doute sur une île déserte et – vous vous en doutez – celui qui intrinsèquement le mérite le plus !


Le repaire de la murène

Le repaire de la murène –  André Franquin

Dupuis – 64 pages – 10.90 €

Le pitch : Le Comte de Champignac annonce à Spirou et Fantasio qu’il vient d’inventer un produit, le X4, décuplant les facultés intellectuelles du cerveau. Il leur demande de lui poser un défi, Spirou pense alors à un concours dans le journal: construire un scaphandre capable de descendre à plus de 200 mètres de profondeur tout en laissant une totale liberté de mouvement au scaphandrier.

Le Comte accepte, et après s’être fait une piqûre, il met au point rapidement le scaphandre en question, ainsi qu’un petit sous-marin monoplace, sorte de moto sous-marine. Seulement leur construction est marquée par de nombreux attentats…

Mon avis : 9e tome des aventures de Spirou et premier de la série magique des « dix glorieuses » qui s’achèvera avec QRN sur Bretzelburg.

Après La mauvaise tête, Franquin passe très nettement la 5e vitesse, même si la seconde partie de l’histoire se passe sous l’eau !

*

Le repaire de la murène

*

Le repère de la murène est drôle (la première partie qui se déroule à Champignac, avec la poule, est une vraie réussite comique), mais surtout absolument passionnant.

=> Lire la suite


La grande traversée

La grande traversée – Goscinny & Uderzo

Hachette – 48 pages – 10.50 €

Le pitch : Dans le village, c’est l’effervescence. La préparation de la potion magique requiert une certaine quantité de poisson « raisonnablement » frais, et celui-ci vient à manquer.

Plutôt que d’attendre un arrivage de Lutèce qui semble bien compromis, Astérix et Obélix s’embarquent sur un petit bateau de pêche et découvrent les difficultés de l’apprentissage d’un nouveau métier. Pris dans une terrible tempête, ils accostent sur une terre lointaine peuplée d’étranges mercenaires romains à plumes. Dans quel pays ont-ils donc bien pu accoster ?

Mon avis : 23e tome des aventures d’Asterix et Obelix, publié en 1975.

Ce tome-là est vraiment bizarre, à part dans la série. Comme si Goscinny, en panne d’inspiration, avait décidé de recycler d’anciennes histoires pour en faire une nouvelle. Car il faut bien avouer que, La grande traversée, c’est moitié une resucée d’Oumpah-Pah le peau rouge, et moitié un pompage d’Astérix et les Normands.

*

La grande traversée

*

Et pourtant, cet album, que je trouvais mineur à sa sortie (sauf pour les dessins d’Uderzo qui sont, comme toujours, superbes), se révèle en fait, au fil des différentes lectures, d’excellente facture.

⇒ Lire la suite


 61FnyKdtzPL._SX304_BO1,204,203,200_

Long John Silver – Björn Larsson

Le livre de poche – 509 pages – 8.10 €*

Le pitch : En 1742, à Madagascar, un vieux pirate à la retraite, entouré d’une garde d’anciens esclaves noirs qu’il a libérés, entreprend d’écrire ses mémoires. Ce pirate n’est autre que John Silver, l’homme à la jambe de bois, que le jeune héros de L’Ile au trésor dépeignait comme hâbleur et vaguement inquiétant. Un portrait qui n’a guère plu à l’intéressé.

Et John Silver de rétablir sinon la vérité, du moins sa vérité. Il évoque alors sa vie, une vie d’aventures, de bagarres, de rapines, de galanterie, de beuveries, enfin, tous les ingrédients d?une vie de pirate. Mais aussi le destin d’un homme en révolte contre les injustices de l’ordre établi, qu’il s’agisse d’enrôlement forcé ou de traite des Noirs. Ce roman d’aventures dans la grande tradition a valu à son auteur, suédois, un succès européen.

Mon avis : Björn Larsson est un navigateur, un vrai, et lorsqu’il se lance dans un roman qui se passe sur l’eau, cela sent vraiment le grand large. Comme aurait dit Hugolin dans Manon des sources : il sait cultiver l’authentique…

Comment s’y retrouver, avec la multitude de romans, de BD (lisez les quatre tomes de la série éponyme de Xavier Dorrison, c’est une merveille !) et de films ou séries qui tournent autour d’un des plus mythiques personnages de la littérature ? Comment faire le tri ?… eh bien justement, je suis là pour ça !

N’hésitez pas une seconde à vous plonger dans cette copieuse « autobiographie » (500 pages) du célèbre pirate, écrite de main de maître (le style est vraiment très agréable) par l’auteur scandinave et polyglotte Björn Larsson.

⇒ Lire la suite


Mon île

Mon île – Mark Janssen

Kaléidoscope – 32 pages – 13.50 €

Le pitch : Une petite fille et son papa naviguent sur l’océan lorsqu’une terrible tempête détruit leur bateau, les laissant à la dérive sur un radeau.

Heureusement, une terre est en vue, une toute petite île prête à les accueillir… Mais soudain, leur île semble bouger ! C’est le début d’un tout nouveau voyage à dos de tortue…*

Mon avis : Impossible de passer devant ce grand livre (25*33 cm) au rayon littérature pour la jeunesse sans s’arrêter un instant, tant les couleurs de la couverture attirent le regard du chaland.

« Mon île ? Mais cette île n’est-elle pas une tortue géante ? » me suis-je dit avec une extrême perspicacité en détaillant l’illustration. Couleurs magnifiques, titre et graphisme intriguant : impossible de ne pas ouvrir l’album !

Une fois ouvert, le livre de Mark Janssen est juste un ravissement pour l’œil.

*

*

Une succession de double page où l’auteur (scénariste et graphiste) déroule une petite histoire toute simple, celle d’une petite famille de naufragés qui vont se retrouver embarqués dans un voyage magique en plein milieu de l’océan.

⇒ Lire la suite


Aventures dans les îles

Aventures dans les îles – Robert Louis Stevenson

Omnibus – 900 pages – 28 €

Le pitch : Si Robert Louis Stevenson se lance à l’assaut du Pacifique, en cette année 1888, c’est surtout dans l’espoir de guérir son emphysème sous le soleil des tropiques. Mais son amour de la mer et de l’aventure ne date pas de cette traversée : il l’a reçu en héritage de ses ancêtres bâtisseurs de phares sur les côtes d’Ecosse.

Des brumes du nord aux îles Sous-le-Vent, tous les romans et récits maritimes de Stevenson sont marqués par ce même mouvement de l’ombre vers la lumière. Ombre du mystère et lumière de l’or : deux pôles d’un univers littéraire où les aventuriers sont à la fois des criminels et des rêveurs, où la fortune – toujours recherchée et rarement atteinte – semble une métaphore de la guérison, une seconde naissance.

Les plus beaux romans et récits maritimes d’un écrivain aventurier au charme éternel.

Mon avis : Omnibus aimes les aventures et les voyageurs (précipitez-vous par exemple sur les différents volumes de l’oeuvre de Wilbur Smith !). Il est donc normal que l’éditeur se soit intéressé à Robert Louis Stevenson, un homme et un auteur effectivement exceptionnel.

Stevenson, pour le béotien,  c’est avant tout L’île au trésor, l’étalon-or absolu du roman d’aventure. Mais l’idée de regrouper tous les romans et récits de l’auteur tournant autour de ses expériences dans les îles est excellente, car elle permet d’aller bien au delà de ce cliché, comme disent les anglo-saxons.

L’épais recueil est constitué de quatre romans, ainsi que des mémoires de l’auteur détaillant ses voyages dans le Pacifique au cours des deux dernières années de sa vie.

⇒ Lire la suite


Octobre rouge

Octobre rouge – Tom Clancy (1984)

Le livre de poche – 505 pages – 8.20 €

Le pitch : Le bâtiment le plus précieux de la flotte soviétique – un nouveau sous-marin balistique commandé par son plus brillant officier – tente de passer en Amérique. La flotte soviétique entière a reçu l’ordre de le traquer et de le détruire à tout prix. Si la flotte américaine parvient à localiser Octobre rouge à temps pour l’amener à bon port, ce sera le plus beau coup de tous les temps.

Mais le sous-marin a deux millions de kilomètres carrés pour se cacher et un nouveau système de propulsion silencieux, impossible à détecter. La chasse dure dix-huit jours… À l’approche du but, tous les bâtiments convergent…

Mon avisTom Clancy est définitivement le pape du thriller espionnage/technologique, et Octobre rouge est la pierre angulaire de son oeuvre. Bien que le contexte politique (la guerre froide), trente ans plus tard, ait beaucoup évolué (quoi que…), ce roman n’a pas pris une ride.

Avec sa précision habituelle dans sa documentation militaire (c’est impressionnant de professionnalisme), Clancy vous embarque dans une épopée au suspens hallucinant, comme vous en lirez peu dans votre vie.

⇒ Lire la suite


Kililana song - Benjamin Flao

Kililana song – L’intégrale – Benjamin Flao

Futuropolis – 272 pages – 28 €*

Le pitch : Dans l’archipel de Lamu, au large du Kenya, Naim, un orphelin de 11 ans habite chez sa tante Maïmounia, qu’il adore. Refusant d’aller à l’école coranique car peu enclin à la discipline, il préfère l’école buissonnière, et malgré son frère Hassan qui le course régulièrement, il passe son temps à flâner, déambuler et traîner dans les faubourgs de la ville, vivant de petites magouilles.

D’un naturel curieux, ouvert à la vie et aux autres, chaque moment de ses journées, chaque rencontre qu’il fait, lui donnent matière à réfléchir avec le bon sens qui le caractérise. Il croise ainsi Günter, un capitaine de marine hollandais, échoué sur ces côtes pour cause de trafic illicite de hasch, qui se doit de trouver dare-dare 70 000 dollars afin de récupérer et son navire et ses papiers.

Mon avis : un récit en deux tomes, 250 planches au soleil du Kenya. Je ne connaissais pas Benjamin Flao, avant qu’on m’offre cette bande dessinée, et c’est pour moi une véritable révélation qui, j’en suis, heureux, à rencontré un véritable public.

Le premier tome de l’histoire est, toutes proportions gardées, le plus réussi, car l’auteur consacre beaucoup plus de temps à ses personnages, à ses paysages et à ses ambiances qu’à l’histoire elle-même. Elle n’a, je pense, de toute façon qu’une importance toute relative. Cette plongée dans le Kenya de la côte est une véritable immersion.

Grâce à aux planches somptueuses mises en couleur à l’aquarelle par Benjamin Flao, mais aussi à sa capacité à chroniquer le quotidien des principaux personnages dont Naïm, ce petit garçon qui sert de fil rouge à l’histoire, j’ai été embarqué comme rarement dans un « ailleurs » que je ne connaissais pas, et que j’ai maintenant l’impression d’avoir un peu abordé, par la mer bien sûr.

*

⇒ Lire la suite


Les secrets de la mer rouge

Les secrets de la mer rouge – Henry de Monfreid

Grasset – 234 pages – 8.80 €

Le pitch : Henry de Monfreid arrive à trente-deux ans à Djibouti où il devient commerçant en cuirs et cafés. Cette existence le lasse vite, et il achète un boutre, engage deux matelots somalis, un mousse et se lance dans l’aventure. La pêche aux perles d’abord, puis surtout le commerce des armes.

Ce ne sont plus que bagarres, poursuites, chassés-croisés entre trafiquants et policiers de la mer, tempêtes, sur cette mer Rouge qui retint Henry de Monfreid sa vie durant et qui fascinera tous les lecteurs de cette extraordinaire épopée.

Mon avis : Un des sommets du récit d’aventure autobiographique, sous la plume superbe d’Henry de Montfreid.

Le livre a fait rêver des générations d’adolescents prêts à s’embarquer sur les mers pour vivre une existence exceptionnelle, il reste aujourd’hui un splendide témoignage – quasi journalistique – de ce qu’était la civilisation est africaine il y a désormais un siècle.


L'île mystérieuse

L’île mystérieuse – Jules Verne

Le livre de poche – 350 pages – 5.90 €

Le pitch : Alors que la guerre de Sécession fait rage, cinq prisonniers des Sudistes parviennent à s’évader à l’aide d’un ballon. Par malheur, ils sont pris dans un ouragan et s’échouent sur une île déserte en plein océan Pacifique.

Grâce à leur ingéniosité et aux étonnantes ressources de l’île, les naufragés s’organisent pour survivre. Mais une série de phénomènes inexplicables les pousse à croire qu’ils ne sont pas seuls…

Mon avis : L’île mystérieuse est sans doute un des trois meilleur romans d’aventure de survie sur une île déserte de toute l’histoire de la littérature, au côté du célébrissime et fondateur Robinson Crusoé de Daniel Defoe, mais aussi du trop vite oublié Le Robinson suisse de Johann David Wyss.

Tous les ingrédients y sont réunis : sur un fond historique de départ passionnant (la guerre de sécession), il s’agit juste du récit du naufrage sur une île hostile d’un groupe restreint de survivants (cinq personnes, des hommes bien entendus !), puis de l’apprentissage progressif très réaliste de leur survie avec ses dangers et ses petites victoires…

⇒ Lire la suite*


La tempête

La tempête – Sebastian Junger

Les belles lettres – 460 pages – 13.65 €

Le pitch : S’il se lit comme un roman, s’il en a parfois l’apparence au hasard de quelques chapitres, ce récit n’est pas une fiction, c’est une reconstitution. Aux dires de l’auteur, même les dialogues retranscrits sont réels. Les personnages existent toujours ou ont existé, les faits aussi.

Les faits justement : à l’automne 1991, un ouragan, une dépression et une tempête sont en train de faire route les uns vers les autres au large de Terre-Neuve, ce qui va donner lieu à un cataclysme.

C’est dans cette tempête du siècle que sont pris les principaux protagonistes de l’histoire : les six marins de l’Andrea Gail, un bateau de pêche à l’espadon de Gloucester. Ils vont vivre un enfer de déferlantes, de vagues inimaginables et de vents d’outre-tombe…

Mon avis : Ce livre a fait l’objet d’une adaptation au cinéma, sous un titre légèrement différent, la « tempête » évoquée étant l’élément central d’une histoire romancée. Il s’agit pourtant d’une histoire vraie et le récit de Sébastien Junger est avant tout le fruit d’un travail d’investigation journalistique.

Le sujet ne passionnera pas tout le monde, mais les explications scientifiques longuement développées par l’auteur permettent à tous ceux que les récits de passage du Cap Horn ou autres histoires de « très gros grains » ont toujours fascinés d’accéder à des explications scientifiques absolument fascinantes.

⇒ Lire la suite*


Vikings dans la brume

Vikings dans la brume – W. Lupano & Ohazar

Dargaud – 64 pages – 13.00 €

Le pitch : Vikings dans la brume raconte les aventures burlesques de Vikings partis en mer pour accomplir une forme de routine : raids, pillages, meurtres et ripailles !

Vikings Dans La brume raconte aussi et surtout, l’histoire d’un monde qui bascule. Nos Vikings sont confrontés à l’évolution rapide du monde chrétien, qui se structure, se répand, et complique considérablement le bon déroulement des pillages. À la tête de sa bande de redoutables guerriers, le chef Reidolf est bien obligé de constater que ce mode de vie basé sur la prédation vit ses derniers instants… Mais comment changer quand on a toujours vécu ainsi ? Comment sortir de la brume… ?

Mon avis : Cette fois-ci, Lupano se lance dans l’humour en strips : vous savez, ces gags en demi planches dont sont si friands les américains ?

Mais Wilfrid ne se jette pas à l’eau seul, puisqu’il y va en famille. Sous le pseudonyme d’ Ohazar (qu’il n’a pas du choisir au pif, ah ! ah !), se cache en effet son frère ainé d’un an Rodolphe.

*

Vikings dans la brume

*

Le sujet : les vikings. Un sujet oh combien à la mode, il suffit de voir le nombre de films et de séries qui exploitent depuis quelques années le filon pour comprendre.

Sauf que, ici, les Lupano prennent le mythe à l’envers. Cul par dessus tête. Foin d’aventures glorieuses, de combats sanglants, d’oceans déchainées, d’esclaves asservis, de trésors conquis, de femmes soumises et éblouies !

⇒ Lire la suite*


♠ Les autres sélections thématiques du Tourne Page  ♠


Les Aventures de Sherlock Holmes

Polars, thrillers : le meilleur du roman noir

King Kong Théorie

Le meilleur des livres qui parlent des femmes

Guerre et paix

Les plus grands romans sur la guerre

Roméo et Juliette

Les plus grands romans d’amour

Contes et nouvelles de Maupassant

Courtes mais bonnes : les meilleures recueils de nouvelles

Les suprêmes

Feel good books : les romans qui font du bien

L'inimitable Jeeves

Humour : le top des livres les plus drôles

Les meilleurs romans d’aventure


Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.