Livres : les grandes nouveautés et découvertes 2023

Posté le 23 décembre 2022, par letournepage, dans L'actualité des sorties

2023

.

2016-2023 : depuis la création de ce site, voilà déjà 7 ans, j’ai passé des heures et des heures à chercher, creuser, fouiner dans le catalogue des éditeurs pour dénicher les livres dont la parution à venir pourrait vous séduire, intéresser, intriguer…

Quelques romans prévus de longue date, derniers nés des auteurs à succès. Mais surtout, surtout, ceux dont on ne parle pas assez : les livres au pitch original, intriguant, les BD ou les romans graphiques différents, sans parler de tous les livres de genre : livres pour enfants, essais sur l’histoire, les arts, la cuisine, etc.

Vous découvriez donc ici, tout au long de l’année et au fur et à mesure de l’annonce de leur parution, les grandes nouveautés et découvertes 2023, classées mois après mois.

Vous y trouverez – peut-être -, les livres de vos attentes; mais j’espère surtout que, grâce à mes suggestions inattendues, vous y découvrirez ceux que vous n’attendiez pas !

*

♥ Les nouveautés du livre en 2023 ! ♥

    – Cliquez sur sur la couverture des titres pour accéder,

soit à la critique de l’ouvrage, soit à la page Amazon pour l’acquérir –

Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifiés sur le site.


♠ Janvier 2023 ♠


Le pavillon des combattantes

Le pavillon des combattantes – Emma Donoghue

Pocket – 400 pages – 7.95 €

Un formidable roman historique et féministe, mais aussi un livre profondément optimiste sur la nature humaine.

Surtout, à ne pas rater !

Ma critique est déjà là.

Le pitch : 1918. Dublin est ravagé par la guerre et un nouveau mal s’abat sur l’Irlande. On l’appelle  » la grande grippe « , pas encore  » espagnole « , mais l’épidémie fait rage, ajoutant la confusion au chaos. Placée à la tête d’une maternité de fortune, l’infirmière Julia Power l’affronte chaque jour en première ligne

À l’aube de ses 30 ans, alors qu’à l’hôpital on manque de tout, Julia se retrouve seule pour gérer ses patientes en quarantaine. Elle ne dispose que de l’aide d’une jeune orpheline bénévole, Bridie Sweeney, et des rares mais précieux conseils du Dr Kathleen Lynn – farouche indépendantiste.

Dans une salle exiguë où les âmes comme les corps sont mis à nu, toutes les trois s’escrimeront, là où la mort règne, à donner la vie envers et contre tout…

Crépuscule

Crépuscule – Philippe Claudel

Stock – 352 pages – 23.00 €

Un nouveau roman de l’auteur de Les âmes grises et Le rapport de Brodeck, c’est toujours un évènement.

Les livres de Philippe Claudel, un des meilleurs auteurs français contemporains, ne sont pas d’une gaieté effarante, mais quel plaisir de lire sa prose !

Le pitch : Aux marches de l’Empire « à cent têtes et cent corps », sommeille une province minérale et nue où le froid, le givre, les bourrasques semblent ankyloser les habitants d’une bourgade qui ne signalait jusque-là ni notoriété historique, ni intérêt géographique, si ce n’est d’être placée à la frontière « d’un pays dont la bannière se frappait d’un croissant d’or », et dont la vitalité contraste avec l’épuisement ranci du village aux passions tristes.

Un jour, le curé est découvert mort. La tête fracassée par une pierre. De quelle nature est le crime ? Qui pouvait en vouloir à ce curé d’une terre où les chrétiens et les musulmans vivaient depuis toujours en bonne entente ? Que faire, qui accuser, et qui entraver dans son action si, à partir de ce meurtre, s’ordonne toute une géométrie implacable d’actes criminels et de cruautés entre voisins ? Il y a un heureux : le Policier, Nourio, car « c’était fabuleux pour lui d’avoir une pareille affaire, dans ce lieu abandonné de toute fantaisie, de tout grain de sable, roulé dans l’ordinaire des jours ». Le voilà lancé dans d’inutiles recherches. À quoi sert de s’opposer au cours impétueux des choses ?

Les Dangers de fumer au lit

Les Dangers de fumer au lit – Mariana Enriquez

Editions du sous-sol – 240 pages – 21.00 €

Titre étonnant, couverture surprenante : un recueil de nouvelles fantastiques écrites par un auteur argentin, recommandé par Kazuo Ishiguro…. Que demande le peuple ?!

Le pitch : Peuplées d’adolescentes rebelles, d’étranges sorcières, de fantômes à la dérive et de femmes affamées, les douze histoires qui composent ce recueil manient avec brio les codes de l’horreur, tout en apportant au genre une voix radicalement moderne et poétique. Si elle fait preuve d’une grande tendresse envers ses personnages, souvent féminins, des êtres qui souffrent, qui ont peur, qui sont opprimés, Mariana Enriquez scrute les abîmes les plus profonds de l’âme humaine, explorant de son écriture à l’extraordinaire pouvoir évocateur les voies les plus souterraines de la sexualité, du fanatisme, des obsessions.

Les derniers géants

Les derniers géants – Ash Davidson

Actes sud – 528 pages – 24.50 €

Un premier roman d’une jeune américaine qui traite de sujets actuels, sur un fond traditionnel et immersif.

Comme c’est publié chez Actes sud, il y a de fortes chances pour que cela vaille l’investissement !

Le pitch : 1977. Californie du Nord. Rich est de ces bûcherons qui travaillent au sommet des arbres. C’est un métier dangereux, dont son père et son grand-père sont morts. Il veut une vie meilleure pour sa femme Colleen et son fils Chub. Pour cela, il a investi en secret toutes leurs économies dans un lot de séquoias pluricentenaires.

Mais lorsque Colleen, qui veut avoir un deuxième enfant malgré de précédentes fausses couches, se met à dénoncer la compagnie d’abattage pour l’usage d’herbicides responsable selon elle de nombreuses malformations chez les enfants, le conflit s’invite au coeur de leur couple.

La venin T5

La venin T5 – Soleil de plomb – Laurent Astier

Rue de Sèvres – 64 pages – 15.00 €

Le 5ème et dernier tome d’une meilleure saga BD de ces dernières années.

Graphismes somptueux, scénario nerveux, La venin est aussi un excellent manifeste féministe.

Le pitch : Emily arrive au terme de sa quête de vengeance, visant à retrouver et éliminer les meurtriers de sa mère. Après avoir fait le deuil Stanley Whitman, l’homme qu’elle aimait, elle met en place le plan qui lui permettra d’atteindre sa dernière cible et ainsi achever son sanglant projet.

Pour cette ultime étape, la plus ambitieuse et dangereuse de toutes, Emily est prête à prendre tous les risques. L’homme à abattre n’est en effet autre que le président des Etats-Unis.

La dernière ville sur terre

La dernière ville sur terre – Thomas Mullen

Rivages/Noir – 560 pages – 24.00 €

La publication par Rivages/Noir d’un roman « de jeunesse » de Tomas Mullen, l’auteur de la très réussie trilogie de Darktown.

Le thème, très différent de ses romans policiers, entre en résonnance avec nos préoccupations de ces dernières années.

Le pitch : Durant l’épidémie de grippe espagnole, une petite ville industrielle située au cœur des forêts brumeuses du Nord-Ouest Pacifique décide de se mettre en quarantaine, mais l’arrivée d’un soldat affamé et malade aura des répercussions terribles sur la communauté.

Frères d'armes

Frères d’armes – Eugene B. Sledge

Tempus – 480 pages – 11.00 €

Pour tout ceux que la guerre du Pacifique passionne, un célèbre récit américain, enfin traduit en français dans l’excellente collection Tempus.

Le pitch : Eugene Sledge était un rescapé. À quiconque trouverait le terme galvaudé, il suffirait de rappeler ceci : à l’âge de vingt-deux ans, le jeune Américain avait traversé deux des batailles les plus meurtrières de la guerre du Pacifique : Peleliu, à l’automne 1944, et Okinawa, au printemps 1945.

Revenu physiquement indemne, Sledge souffre cependant de blessures psychologiques, qui l’accompagnent jusqu’à la fin de sa vie. Sous l’apparence d’un homme discret et affable se cache un ancien combattant agité de cauchemars, vivant dans la compagnie des morts. Le livre qu’on va lire est un monument écrit à leur mémoire

Nos vies en flammes

Nos vies en flammes – David Joy

10/18 – 336 pages – 8.50 €

La sortie en format poche du dernier roman de David Joy, un des auteurs américains dont on parle (beaucoup ? Trop ?).

Attention : l’auteur écrit sur l’Amérique profonde dans une veine naturaliste qui pourra en choquer plus d’un !

Le pitch : Retraité depuis quelques années, Ray mène une vie solitaire dans sa ferme des Appalaches, où il espère que son fils, Ricky, vienne le rejoindre. Mais ce dernier est trop occupé à essayer de se procurer sa dose quotidienne –et indispensable – de drogue pour s’occuper de son père. Autour de Ray, le monde semble sombrer lentement : le chômage s’étend peu à peu dans la région, les petites villes se vident, la misère sociale et la drogue gagnent un peu plus de terrain chaque jour… Bref, l’Amérique d’aujourd’hui, que Ray contemple, amer, alors qu’un incendie fait rage dans les montagnes environnantes. Mais le jour où un dealer le contacte pour qu’il règle les dettes de son fils, Ray sort de sa torpeur et se dit qu’il plus que temps de prendre les choses en main.

C’est le début d’un combat contre tout ce qui le révolte, avec au bout du chemin, qui sait, un nouvel espoir.

L'empire de la poussière

L’empire de la poussière – Francesca Manfredi

10/18 – 192 pages – 8.30 €

Le premier roman d’une auteure turinoise avec un pitch intriguant.

Le pitch : Valentina, douze ans, a une grand-mère pieuse et sévère, une mère sublime et insaisissable, et un père absent. Les trois femmes vivent dans une vieille maison de campagne, percée de rares fenêtres, surnommée  » la maison aveugle  » dans la région. C’est l’été 1996 et un événement vient troubler les longues journées de vacances : le corps de Valentina change et tout autour d’elle semble vouloir crier le secret qu’elle a choisi de garder. Sa mère et sa grand-mère deviennent de plus en plus distantes tandis que la maison elle-même semble s’animer d’étranges présages. Alors que grenouilles, moustiques et sauterelles envahissent les champs alentour, Valentina explore le terrain dangereux de l’adolescence, découvrant les amitiés fusionnelles et leurs points de rupture, la sensualité curieuse ainsi que l’énergie féminine et mystique de la nature…

Un premier roman qui mêle avec brio réalisme social et réalisme magique dans un tourbillon qui sème perpétuellement le doute.

Irréfutable Essai de successologie

Irréfutable Essai de successologie – Lydie Salvayre

Seuil – 176 pages – 17.50 €

L’auteure de Pas pleurer, prix Goncourt 2014, règle son compte avec le milieu littéraire.

Un essai qui ne va plaire à tout le monde…

Le pitch : Comment se faire un nom ? Comment émerger de la masse ? Comment s’arracher à son insignifiance ? Comment s’acheter une notoriété ? Comment intriguer, abuser, écraser, challenger ?

Comment mentir sans le paraître ? Comment obtenir la faveur des puissants et leur passer discrètement de la pommade ? Comment évincer les rivaux, embobiner les foules, enfumer les naïfs, amadouer les rogues, écraser les méchants et rabattre leur morgue ? Comment se servir, mine de rien, de ses meilleurs amis ?

Par quels savants stratagèmes, par quelles souplesses d’anguille, par quelles supercheries et quels roucoulements gagner la renommée et devenir objet d’adulation ?

Matrix

Matrix – Lauren Groff

Edition de l’olivier – 302 pages – 23.50 €

Avec un titre pareil, difficile de passer inaperçu !. Lauren Groff avait rencontré un immense succès critique avec son précédent roman, Les furies (qui ne m’avait pas convaincu).

Qu’en sera-t-il avec ce récit qui s’attache au personnage de Marie de France, grande poétesse du XII° siècle ?

Le pitch :  Que disent les livres d’histoire sur Marie de France ? Qu’elle est la première femme de lettres à écrire en français. Pourtant, sa vie reste un mystère. Matrix lève le voile sur ce destin hors du commun.

Expulsée de la cour par Aliénor d’Aquitaine, la « bâtarde au sang royal » est contrainte à l’exil dans une abbaye d’Angleterre. Loin de la détruire, cette mise à l’écart suscite chez elle une révélation : elle se vouera dès lors à la poursuite de ses idéaux, à sa passion du texte et des mots. Dans un monde abîmé par la violence, elle incarne la pureté, transcendant les obstacles grâce à la sororité.

Maman pour le dîner

Maman pour le dîner – Shalom Auslander

10/18 – 312 pages – 8.20 €

Le pitch le plus délirant qu’il m’ait été donné de lire depuis bien longtemps.

Le contenu est-il à la hauteur ? A vous – et à moi ! – de le découvrir…

Le pitch : Septième Seltzer est un américain bien tranquille. Editeur de son état, il coule des jours heureux à New York avec sa femme et sa fille, jusqu’au jour où son frère aîné l’appelle pour lui annoncer la mort de leur mère qu’il n’a pas revue depuis des années.

Ce n’est pas tellement que Septième soit triste, – sa mère était un monstre d’égoïsme et de méchanceté -, c’est surtout que les Seltzer appartiennent à la communauté Cannibale des Etats-Unis et que selon une ancestrale tradition, les enfants doivent manger leur mère au cours d’un repas de fête.

Septième est catégorique : jamais il ne cèdera à des coutumes aussi archaïques et certainement pas pour honorer la mémoire d’une mère qu’il déteste et d’un passé qu’il n’a de cesse de vouloir laisser derrière lui. Pourtant, le doute et la culpabilité ne tardent pas à s’installer. Si lui et ses frères ne respectent pas ce rituel, que restera-t-il de l’histoire de leur peuple, jadis si glorieux ? Que restera-t-il de leur héritage et de leur famille ?


♠ Février 2023 ♠


Scandaleuse Sarah

Scandaleuse Sarah – Elizabeth Gouslan

L’Archipel – 240 pages – 20.00 €

Le récit de la vie de Sarah Bernard est un roman à lui tout seul, alors pourquoi ne pas se laisser tenter ?!

Le pitch : Pour les 100 ans de la mort de Sarah Bernhardt, Elizabeth Gouslan retrace l’incroyable parcours de ce monstre sacré, une féministe avant l’heure qui fit scandale à son époque.

Son nom ? Une légende. Sa vie ? Un roman truffé d’intrigues amoureuses, de scandales, de triomphes et d’exploits. Fille d’une demi-mondaine et d’un père qu’elle n’a presque pas connu, Sarah était vouée à un destin misérable. Mais elle rebat les cartes. La jeune fille aux yeux de chat se réinvente en idole. L’Odéon, la Comédie-Française : elle n’a pas vingt-cinq ans et le Tout-Paris est à ses pieds.

Pour raconter ce fabuleux destin, Elizabeth Gouslan convoque Julia Bartet, grande sociétaire de la Comédie-Française, rivale devenue amie de Sarah, qui nous entraîne dans les coulisses du Second Empire, de la Belle Époque et des Années folles où ce monstre sacré régna sans partage.

Stalingrad

Stalingrad – François Kersaudy

Perrin – 176 pages – 22.00 €

Par un des meilleurs spécialistes de la seconde guerre mondiale (lisez, entre autres, sa formidable biographie de Churchill), un des épisodes les plus terribles de la seconde guerre mondiale.

C’est une réédition, profitons-en !

Le pitch : Stalingrad reste à bien des égards la reine des batailles : par la durée et l’intensité des combats, le nombre d’hommes engagés et perdus, l’importance des enjeux stratégiques et l’exceptionnelle valeur symbolique de son dénouement, l’affrontement homérique de deux dictatures entre Don et Volga représente un tournant unique dans l’évolution de la guerre en Europe.
C’est une suite de hasards, de rapports de forces et d’erreurs de calcul qui a provoqué la concentration progressive des immenses armées le long des rives de la Volga, autour d’une ville dont la valeur militaire était des plus réduites ; c’est aussi l’entêtement de deux dictateurs et la discipline de fer qu’ils ont fait régner parmi leurs troupes qui ont prolongé pendant cinq mois une confrontation unique par son ampleur et sa férocité.

Quatre-vingts ans plus tard très exactement, il est passionnant d’en suivre les péripéties au triple niveau des chefs suprêmes, des commandants d’armées et des soldats sur le terrain.

Colette

Le blé en herbe et autres récits – Colette

La pléiade – 1360 pages – 75.00 €

La nouvelle sortie dans la pléiade d’une partie de l’œuvre de Colette, dont on fête les 150 ans de sa naissance.

Une intégrale existait déjà, en quatre volumes, mais il s’agit ici d’une sorte de « best of », regroupant ses romans les plus connus, dont Chéri, Le blé en herbe, Sido, Claudine à l’école. Que du bon et du bonheur !

Le pitch : Claudine à l’école est le grand succès de mars 1900. Le livre est signé Willy. On sait généralement qu’il s’agit du pseudonyme d’Henry Gauthier-Villars, qui l’utilise pour signer les productions de l’atelier qui lui écrit ses ouvrages. Cette fois, pourtant, le texte sort du lot. Il ne ressemble à rien de connu, la langue est nouvelle, le ton insolent, le propos scandaleux. C’est qu’il n’est pas de la plume d’un des scribes habituels de Willy : il est de sa jeune femme, Sidonie-Gabrielle, née Colette.

Colette : il faudra attendre 1923 et Le Blé en herbe pour que ce nom apparaisse seul sur la couverture d’un livre. Avant cela, il y aura eu d’autres « Willy », des « Colette Willy » et même des « Colette (Colette Willy) ». Mais on a vite compris. Catulle Mendès écrit à Colette : « vous avez créé un type ». Claudine en effet est un type, et elle deviendra un mythe.

 


♠ D’autres sélections et articles du Tourne Page ♠


Blackwater - La crue

Les meilleures sorties 2022

.Klara et le soleil

Les meilleures sorties 2021

Le fils

Les meilleurs romans américains contemporains

Les piliers de la terre

Les meilleurs romans britanniques

Azimut

Les plus beaux albums de la BD : le plaisir de l’oeil

L'Arabe du futur - volume 5

BD : les meilleurs romans graphiques

Audrey Hepburn

Les meilleurs livres sur le cinéma

La servante écarlate

10 dystopies pour vous retourner le cerveau

Frankenstein

Les meilleurs romans fantastiques et d’horreur

Les Aventures de Sherlock Holmes

Polars, thrillers : le meilleur du roman noir


Rappel : Le modèle économique du Tourne Page repose sur le principe de l’affiliation. En cliquant sur le lien permettant d’accéder au partenaire du Tourne Page, Amazon, pour acquérir un livre conseillé, le visiteur permet au Tourne Page de percevoir une commission sur le chiffre d’affaires réalisé par son intermédiaire.

Le Tourne Page a été créé pour la promotion du livre et de la lecture. Pour que l’entreprise puisse vivre et prospérer (elle représente un investissement en temps quotidien considérable) mais aussi pour qu’elle garde son indépendance, il est essentiel que les visiteurs passent par ces liens pour acheter les livres qu’ils ont identifié sur le site.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *